JE SUIS JUIF, ET AUJOURD’HUI J’AI HONTE.

9 January 2009

Un texte de Serge Grossvak, de l’Union juive française pour la paix






Je suis juif et j’entends ces bruits, ces bombes, ces souffrances qui hurlent. C’est l’histoire qui me revient pour m’Ă©clater Ă  la face. L’histoire que mes parents m’ont lĂ©guĂ© pour honnir la guerre honteuse. Je suis juif et je vois le sang, le sang qui coule sous les bombes comme Ă  Guernica. Je suis juif et je sais la rĂ©volte dĂ©sespĂ©rĂ©e contre l’Ă©touffement et la famine du ghetto de Varsovie. Je sais l’indiffĂ©rence absolue qui prĂ©cĂ©dait, comme Ă  Gaza.

Je suis juif et je suis frĂšre de racine et d’histoire de ces hommes d’IsraĂ«l.  Ces fils de victimes adossant aujourd’hui l’armure des bourreaux. Quelle honte, quel dĂ©sespoir de voir ceux qui ont tant souffert, qui ont Ă©tĂ© tant terrorisĂ©s n’engendrer de leur passĂ© qu’un abomineux dĂ©dain pour l’Ăąme humaine !

C’est Ă  dĂ©sespĂ©rer. Est-ce la victoire posthume d’Hitler que cette sauvagerie distillĂ©e ? Est-ce sa victoire que ce reniement de l’humanisme ? Ah ma mĂšre ! Je me souviens lorsqu’enfant tu me fis l’apprentissage de ce gardien d’immeuble qui vous avait averti, il Ă©tait communiste, puis de ces religieuses vous extrayant d’un Paris devenu trop dangereux. Ah ma mĂšre ! Je me souviens de ce poĂšme d’Aragon oĂč le rĂ©sistant armĂ©nien avait pour derniers mots « vive le peuple allemand » devant les Nazis qui allaient l’achever. Ma mĂšre, oĂč se cache aujourd’hui la dignitĂ© de nos frĂšres d’IsraĂ«l ou de notre famille aveuglĂ©e de haine et de conquĂȘte ? Ma mĂšre, il Ă©tait dur de naĂźtre en portant les souffrances de vos vies, mais les enfants d’aujourd’hui vont devoir affronter bien pire : la honte !

Gaza martyr, Liban martyr, Jenine martyr et rien d’autre ne vibre dans leur Ăąme qu’un Ă©nervement et une volontĂ© de soumettre ! Que leur demeure t il de sens humain ? N’auraient ils plus qu’un Bush dans les os ?

Les palestiniens perdent leurs chairs, leur sang, leur terre.

Les juifs perdent leur Ăąme, aveuglĂ©ment engagĂ©s derriĂšre l’État d’IsraĂ«l.

L’horreur s’ajoute Ă  l’horreur sans jamais permettre qu’Ă©merge une Ă©tincelle d’intelligence. L’intelligence, la bonne intelligence. La Paix ! Cette Paix qui en tout lieu du monde a la mĂȘme science : celle du respect partagĂ©. Cette Paix de Kant pour tous les peuples de la terre.

Ce respect est honteusement dĂ©niĂ© en affamant, en occupant, en excluant, en dominant. Ce dĂ©ni qui lĂ©gitime la rage et fait monter les haines. Ce dĂ©ni qui rend impossible la fin des armes et des souffrances. Ce dĂ©ni qui nous plonge dans un massacre rĂ©curent oĂč la vie n’a plus la valeur d’une vie.

Le respect, c’est le Droit, partout dans le monde. Le respect, c’est IsraĂ«l entrant dans la Loi du monde, comme tout le monde. La Loi du monde dĂ©limite des frontiĂšres depuis 40 ans. Au-delĂ  de ces frontiĂšres rien n’est Ă  rĂ©genter, Ă  occuper. Des frontiĂšres oĂč commence la libertĂ© des autres. Des frontiĂšres, tout simplement, comme partout dans le monde. Des frontiĂšres pour que monte le respect, premier pas, tout premier pas des humains.

Pour que demain les peuples partagent leurs rĂȘves et que les frontiĂšres soient une invitation amicale aux rencontres.

Serge Grossvak,

de l’Union juive française pour la paix,

mercredi, 07 janvier 2009

,

MASACRE SIONISTE A GAZA

27 December 2008

Siguen la estrategia de costumbre: Mezclar al invasor (Israel y su aparato militar) con el invadido (Hamas y Gaza) equiparĂĄndolos en un mismo poder de fuego dentro de un conflicto, no de ocupaciĂłn (la guerra del dominado contra el dominador) sino de “violencia” generada por un Estado “terrorista” (el gobierno de Hamas). Las primeras declaraciones de EEUU y la UniĂłn Europea como reacciĂłn a la matanza no dejan dudas: La masacre militar indiscriminada contra la poblaciĂłn de Gaza no es tal sino que sĂłlo se trata de “operaciones contra objetivos terroristas”. Y las victimas (la mayorĂ­a civiles y niños) no son tales sino que son “blancos terroristas”. El eje sionista USA-UE-Israel vuelve a su vieja costumbre: Disfrazar una matanza imperial de ocupaciĂłn convirtiĂ©ndola en una “guerra contra el terrorismo islĂĄmico”. 

Informe
IAR Noticias
/

Traslado de heridos. (Foto AFP)

Siguiendo esta lĂ­nea, EEUU no condenĂł el ataque y la masacre judĂ­a sino que instĂł el sĂĄbado a Israel a evitar vĂ­ctimas civiles en sus ataques aĂ©reos contra Gaza, y dijo que Hamas debe detener los ataques “terroristas” con cohetes contra Israel para que “cese la violencia”.

La Casa Blanca -señala Reuters-  no pidiĂł el fin de los ataques aĂ©reos israelĂ­es, que han matado al menos a 160 personas en Gaza, controlada por Hamas, sino que solo instĂł al “cese de la violencia” entre Israel y el gobierno de Hamas.

“Hamas debe poner fin a sus actividades terroristas si quiere desempeñar un papel en el futuro del pueblo palestino”, dijo el portavoz de la Casa Blanca, Gordon Johndroe, sin nombrar para nada a los mĂĄs de 160 muertos y 300 heridos palestinos que dejĂł como saldo la matanza militar judĂ­a.

“Estados Unidos insta a Israel a evitar vĂ­ctimas civiles cuando apunta contra Hamas en Gaza”, declarĂł el vocero imperial sin aclarar que las oficinas y edificios oficiales de Hamas estĂĄn mezclados con las viviendas de la poblaciĂłn civil.

Por su parte, y mezclando al invasor con el invadido, el Alto representante de la UniĂłn Europea, Javier Solana, ha pedido hoy un alto el fuego “inmediato” entre israelĂ­es y palestinos en la Franja de Gaza, y ha reclamado a las dos partes “la mĂĄxima contenciĂłn”.

“Hacemos un llamamiento a un inmediato alto el fuego y pedimos a todos la mĂĄxima moderaciĂłn”, continĂșa el jefe de la diplomacia europea, sin mencionar en ningĂșn momento la masacre ĂĄrea israelĂ­ con misiles contra un pueblo hambriento e indefenso y un gobierno que sĂłlo cuenta con armamento liviano contra tanques, aviones y baterĂ­as de Ășltima generaciĂłn.

SegĂșn Solana, “hay que hacer todo lo posible para reanudar la tregua”, sin una gota de condena a la acciĂłn militar israelĂ­.

Por su parte, el jefe del Estado francĂ©s y presidente de turno de la UniĂłn Europea (UE), el sionista judĂ­o declarado y confeso, Nicolas Sarkozy, solicitĂł hoy la “interrupciĂłn inmediata de los lanzamientos de cohetes contra Israel y de los bombardeos israelĂ­es sobre Gaza” (ObsĂ©rvese que sitĂșa y prioriza los lanzamientos de cohetes palestinos, que casi no generan vĂ­ctimas, sobre el bombardeo fulminante judĂ­o que en pocos minutos asesinĂł a mĂĄs de 160 personas mutilando a mĂĄs de 300).

Sarkozy condenĂł, en un comunicado, las “provocaciones irresponsables (de Hamas y la resistencia palestina)  que han conducido a esa situaciĂłn”, asĂ­ como el “uso desproporcionado de la fuerza” de ambos lados, “omitiendo” la desproporciĂłn existente entre Hamas y la superpotencia militar israelĂ­.

“No existe una soluciĂłn militar en Gaza”, añadiĂł el presidente francĂ©s, que pidiĂł que se instaure una “tregua duradera”, ademĂĄs de llamar a las partes a la contenciĂłn, como si la masacre militar fuera un “conflicto” entre enemigos en igualdad de condiciones.

Con un poco mĂĄs de moderaciĂłn, MoscĂș incurriĂł en la misma estrategia sionista de mezclar al invasor con el invadido.

Rusia exigiĂł hoy a Israel que detenga los bombardeos de la Franja de Gaza y que el movimiento islamista palestino Hamas deje de atacar con cohetes el territorio israelĂ­, para “romper el cĂ­rculo vicioso de la violencia”.

SegĂșn un comunicado oficial del portavoz del Ministerio de Asuntos Exteriores ruso, AndrĂ©i Nesterenko, publicado en la pĂĄgina web ministerial, “MoscĂș considera necesario detener con urgencia las acciones de fuerza masivas contra Gaza, que ya causaron numerosos vĂ­ctimas y sufrimientos a la poblaciĂłn civil palestina”.

La nota insta tambiĂ©n a Hamas a que “cese los ataques con cohetes contra el territorio de Israel”.

“Estamos convencidos de que la tarea mĂĄs urgente es frenar la “confrontaciĂłn armada”, restablecer la tranquilidad y evitar el horror y los sufrimientos de la poblaciĂłn civil en ambos bandos”, añadiĂł el comunicado ruso “omitiendo” el detalle de que no puede haber una “confrontaciĂłn armada” entre una superpotencia nuclear invasora y una pequeña fuerza de seguridad solo equipada con fusiles y armamento liviano

Rusia, prosiguiĂł, como miembro del Cuarteto de mediadores internacionales para Oriente Medio, junto a EEUU, la ONU y la UniĂłn Europea, “continuarĂĄ en diversos formatos sus esfuerzos por romper el cĂ­rculo vicioso de la violencia”.

El cese de las hostilidades “es una condiciĂłn indispensable para resolver los problemas existentes por la vĂ­a de las negociaciones”, señala el documento ruso sin reparar que entre Israel y HamĂĄs no hay “hostilidades” sino una guerra asimĂ©trica entre una superpotencia invasora y grupos de resistencia que se mueven con recursos logĂ­sticos y armamento casi artesan

27 December 2008

Faire ses comptes avec le sionisme

27 October 2006

Deux poids lourds du militantisme intellectuel propalestinien interviennent dans la polĂ©mique entre Santiago Alba Rico et RaĂșl SĂĄnchez Cedillo sur la responsabilitĂ© historique de l’État d’IsraĂ«l dans la tragĂ©die du Proche-Orient

Faire ses comptes avec le sionisme : un débat à quatre voix

photos

Santiago Alba Rico, RaĂșl SĂĄnchez Cedillo, Khalid Amayreh et Gilad Atzmon, 26 octobre 2006

Introduit par Manuel Talens, traduit par Marcel Charbonnier, Fausto Giudice et Xavier Rabilloud

Un Palestinien “de l’intĂ©rieur”, un ex-IsraĂ©lien et deux EuropĂ©ens dĂ©battent de la question de fond de la lĂ©gitimitĂ© d’IsraĂ«l : y a-t-il une vie aprĂšs le sionisme ?

Introduction : enfoncer le clou

Par Manuel Talens


Faisant partie de ceux qui pensent que le sionisme est une forme de racisme et refusant la fausse dĂ©duction selon laquelle toute attaque contre l’appareil institutionnel de l’État d’IrsaĂ«l serait une marque d’antisĂ©mitisme (alors qu’il s’agit de politique), les textes matĂ©rialistes de Santiago Alba Rico me plaisent gĂ©nĂ©ralement, non seulement pour le langage limpide et assurĂ© qui les caractĂ©rise, mais aussi par affinitĂ© idĂ©ologique. J’ai donc aimĂ© son article IsraĂ«l est le danger [Diagonal, N.Âș 35, 19-07-2006]. Quelques semaines plus tard, j’ai lu avec inquiĂ©tude la rĂ©plique de RaĂșl SĂĄnchez Cedillo, Le danger, c’est la guerre (infinie) et le fanatisme [Diagonal, N.Âș 38, 14-09-2006], une collection de rengaines cryptosionistes de cette gauche dĂ©cafĂ©inĂ©e qui finit toujours par apporter de l’eau au moulin de ses sophismes. L’affrontement dialectique entre les deux penseurs mĂ©ritait un dĂ©bat de haut niveau, me suis-je dit et, sans trop y rĂ©flĂ©chir, j’ai demandĂ© la collaboration de deux personnages importants dans le domaine thĂ©orique de la rĂ©sĂ­stance palestinienne : l’un est Gilad Atzmon –ex-IsraĂ©lien et ex-juif, musicien, Ă©crivain et ennemi fĂ©roce du sionisme Ă  partir d’une position non-marxiste – et l’autre est Khalid Amayreh, Ă©crivain et journaliste palestinien respectĂ©, collaborateur rĂ©gulier de Middle East Internacional et Al-Ahram. Tous les deux ont acceptĂ© d’emblĂ©e. J’ai donc mis en marche la machine de Tlaxcala – le rĂ©seau de traducteurs pour la diversitĂ© linguistique dont je fais partie -, traduisant en anglais les deux articles d’Alba Rico et SĂĄnchez Cedillo pour les rendre accesibles Ă  mes invitĂ©s, puis traduisant en espagnol leurs rĂ©actions. D’autres membres de Tlaxcala traduisent ces quatre textes en français, en italien et en allemand (d’autres langues suivront) pour que, rapidement, la version multilingue du dĂ©bat puisse ĂȘtre consultable sur
www.tlaxcala.es et sur d’autres sites alternatifs.
Je cĂšde donc la parole Ă  Khalid Amayreh et Gilad Atzmon pour qu’ils enfoncent le clou d’une dĂ©fense inconditionnelle et nĂ©cessaire du peuple palestinien, sans entraves sionistes, c’est-Ă -dire racistes. Voici donc le dĂ©bat. Ami lecteur, informe-toi et participe, si tu le souhaites.

Traduit de l’espagnol par Fausto Giudice

C’est IsraĂ«l, le danger

par Santiago Alba Rico

Depuis plus de soixante ans, l’Occident investit des sommes sans prĂ©cĂ©dent en armement, en dollars et en paroles, Ă  seule fin de cacher deux idĂ©es Ă  la fois simples et terribles, lesquelles, mises ensemble, ont de quoi nous faire trembler. La premiĂšre, c’est que la Palestine reprĂ©sente la faille morale du monde globalisĂ©, le point de rupture sur lequel le monde est d’ores et dĂ©jĂ  en train de se fracturer. Quant Ă  la seconde, c’est qu’IsraĂ«l constitue la plus grande menace non seulement pour la vie et la dignitĂ© des Palestiniens, mais aussi pour tout espoir de paix et de stabilitĂ© sur notre planĂšte.

Les Palestiniens ne sont peut-ĂȘtre pas le peuple le plus brimĂ© sur terre, mais ils sont manifestement le peuple le plus ouvertement brimĂ© sur terre ; ils ne sont peut-ĂȘtre pas le peuple qui a le plus souffert, mais ils sont le peuple dont les souffrances sont les plus visibles, de maniĂšre continue. Paradoxalement, cette visibilitĂ© (que mĂȘme les mensonges n’arrivent pas Ă  cacher) rend les victimes encore plus vulnĂ©rables ; elle confĂšre une sorte de dimension biblique Ă  l’agression : l’autoritĂ© d’une intervention divine implacable, et, en face, les objets de l’ire divine, niĂ©s Ă  la fois moralement et ontologiquement. Le rĂ©sultat de ces exactions est le paradoxe suivant : plus les agressions israĂ©liennes sont brutales, plus nous estimons coupables ceux qui en sont les victimes. Plus les IsraĂ©liens sont ouvertement hors-la-loi, plus la RĂ©sistance, et jusqu’à l’existence des Palestiniens semblent injustes et condamnables.

Aux yeux du monde, la capture lĂ©gitime d’un soldat envahisseur apparaĂźt, de fait, immĂ©diatement comme un crime monstrueux et la cause premiĂšre de la monstrueuse rĂ©ponse israĂ©lienne. Une rĂ©ponse qui menace de massacrer un million deux cent mille personnes et de dĂ©truire deux pays souverains ; la source religieuse de la lĂ©gitimation du sionisme est ce concept euphĂ©mique que des lĂąches appellent « recours proportionnĂ© Ă  la force » : Ă  toute dĂ©fense face Ă  l’occupation rĂ©pond un cataclysme, et la « disproportion » mĂȘme de ce chĂątiment prouve bien, simultanĂ©ment, l’existence de Yahweh et l’abjection de la victime.

Aucun Auschwitz n’a jamais renfermĂ© 1 200 000 prisonniers ; mais c’est ce que fait Gaza. Aucun Auschwitz n’a jamais Ă©tĂ© ouvertement cĂ©lĂ©brĂ© ni acceptĂ© ; c’est le cas de Gaza. Ce que les nazis ont cachĂ© – maniĂšre pour eux de rendre leurs victimes sacrĂ©es – IsraĂ«l l’exhibe sans honte – maniĂšre pour lui de rendre son agression sacrĂ©e. La publicitĂ© du crime alimente les ressources religieuses et extralĂ©gales qui gisent au cƓur du sionisme, offrant au monde sa justification controuvĂ©e. Mais IsraĂ«l ne pourra pas indĂ©finiment poursuivre cette agression religieuse devant toute l’humanitĂ© sans susciter des rĂ©bellions, son propre effondrement, voire les deux.

IsraĂ«l n’est peut-ĂȘtre pas l’État le plus injuste et criminel de l’Histoire, mais c’est un État qui perpĂštre ses crimes depuis le plus longtemps sans discontinuer et avec la plus grande impunitĂ©. Il est nĂ© d’un crime, et chaque minute de la « normalitĂ© » de ses citoyens est contemporaine d’un nouveau crime. Il a en permanence ses origines criminelles devant les yeux, et il vit en permanence dans la gĂ©nĂ©ralisation de sa violence originelle, comme ces malĂ©dictions des tragĂ©dies grecques. Au cours d’une interview, remontant Ă  1984, Ariel Sharon disait qu’il Ă©tait prĂȘt Ă  tuer un ou deux millions d’Arabes si cela pouvait faire en sorte qu’IsraĂ«l devienne un « pays normal », avec un passĂ© immoral, certes, mais avec un prĂ©sent propre et dĂ©cent. Il entendait, par lĂ , que les Palestiniens sont nos « Indiens », nos « Morisques », nos « juifs ».

Eh bien non ! : tant que vos « juifs » palestiniens rĂ©sisteront, vous serez condamnĂ©s Ă  vivre en permanence dans votre passĂ© criminel (et Ă  devoir Ă©quilibrer ces origines criminelles avec vos origines « mythologiques » : l’Holocauste). Ce faisant, vous serez obligĂ©s de violer toutes les lois, de tuer des enfants dans leur lit, de dĂ©molir des maisons, de dĂ©raciner des vergers, d’ériger des murailles, de kidnapper des femmes, de bombarder des mosquĂ©es, d’enfermer des millions de personnes dans des ghettos oĂč elles seront condamnĂ©es Ă  tenter de survivre et de se morfondre dehors, de tuer des milliers de personnes de faim et de soif, de devenir fous Ă  cause de cette hubris de Yahweh
 et d’exporter votre terreur au Liban, en Syrie et peut-ĂȘtre en Iran. Votre loi implique nĂ©cessairement ce dilemme mortel : soit la Domination, soit l’Apocalypse.

Dans sa forge, IsraĂ«l met le mĂ©pris de la vie propre Ă  Al QaĂŻda, le « fondamentalisme » de l’Iran, l’ancien racisme de l’Afrique du Sud, l’arsenal nuclĂ©aire de la CorĂ©e du Nord, l’ancien nationalisme colonial de la Belgique et la puissance militaire de la Chine. Cette concentration inouĂŻe de tous les dangers, incrustĂ©e dans la rĂ©gion la plus fragile et la plus convoitĂ©e de la planĂšte, est soutenue – militairement et politiquement – par les États-Unis, une superpuissance impĂ©rialiste dĂ©bridĂ©e. Elle est Ă©galement admise tant par l’Union europĂ©enne que par la plupart des gouvernements du reste du monde, y compris les rĂ©gimes arabes tyranniques et ineptes. Ceux qui ne voient pas le danger, dans cette conjonction d’élĂ©ments, hurlent leur priĂšre Ă  l’Ange Exterminateur.

Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

Le danger : une guerre sans fin, plus le fanatisme

par RaĂșl SĂĄnchez Cedillo

Nous avons publiĂ© « C’est IsraĂ«l, le danger », de Santiago Alba-Rico, dans le numĂ©ro 35 de Diagonal (p. 5). L’auteur affirme, dans cet article, que « depuis plus de soixante ans, l’Occident investit des sommes sans prĂ©cĂ©dent [
] Ă  seule fin de cacher deux idĂ©es [
] : que la Palestine reprĂ©sente la faille morale du monde globalisĂ©, le point de rupture sur lequel le monde est d’ores et dĂ©jĂ  en train de se fracturer. Quant Ă  la seconde, c’est qu’IsraĂ«l constitue la plus grande menace [
] pour tout espoir de paix et de stabilitĂ© sur notre planĂšte. » Nous rĂ©pondons ici Ă  ce texte.

En dĂ©pit de la difficultĂ© inhĂ©rente Ă  cette question, j’irai droit au but : la thĂšse d’Alba Rico, exposĂ©e dĂšs le titre et parcourant son texte telle un fil rouge, est bien connue de nous tous, car elle fait partie de cette guerre de dĂ©clarations Ă  l’emporte-piĂšce qui, depuis le dĂ©but du vingtiĂšme siĂšcle, accompagne la dispute territoriale entre les Arabes palestiniens et les juifs (lesquels devinrent des IsraĂ©liens, aprĂšs 1948). Mais ce qu’il y a de perturbant, lĂ -dedans, c’est que cette contribution d’un Occidental – sympathisant de la cause palestinienne et donc, du mĂȘme coup, partisan du panarabisme – n’ajoute rien de nouveau Ă  la problĂ©matique : ni de nouvelles idĂ©es, ni de nouveaux arguments, ni de nouvelles propositions ou de nouvelles approches. En lieu et place, il contribue Ă  consolider (dans [le contexte de] notre inclination Ă©thique aussi bien que [de] notre indignation face Ă  une guerre sans fin dans laquelle semble s’installer aujourd’hui le conflit palestino-israĂ©lien, et [de] notre dĂ©sespoir devant la souffrance ininterrompue des populations du Moyen-Orient – Ă  la fois la haine et le fanatisme qui prĂ©cisĂ©ment vont [immanquablement] nous empĂȘcher de dire ou de faire quoi que ce soit de pertinent, en tant qu’Occidentaux, quoi que ce soit qui soit autre chose que le fait d’ajouter tant notre aspiration Ă  la vengeance que notre cĂ©citĂ© Ă  un conflit qui a cessĂ© d’ĂȘtre [seulement] rĂ©gional depuis fort longtemps. Un conflit, comme le fait observer Alba Rico, qui se dirige vers une catastrophe de nature Ă  dĂ©truire notre capacitĂ© de rĂ©sistance rationnelle et collective, et qui nous contraindra, Ă  n’en pas douter, Ă  recevoir en partage notre quota d’horreur et de mort. NĂ©anmoins, il semble que cet « anti-impĂ©rialisme » dĂ©bridĂ© considĂšre que certaines catastrophes seraient plus acceptables que d’autres


Comparaisons

Dans son allĂ©gation, Alba Rico ne laisse de cĂŽtĂ© aucune ressource rhĂ©torique pour approfondir la plaie de la souffrance et pour la transformer en un encouragement Ă  la rage anti-israĂ©lienne. Toutefois, jusqu’à prĂ©sent, il n’y a que dans des textes rĂ©visionnistes que nous ayons constatĂ© des vertus heuristiques de la comparaison ainsi poussĂ©es Ă  l’extrĂȘme, comme cette juxtaposition des capacitĂ©s respectives de Gaza et d’Auschwitz Ă  contenir des prisonniers – et, bien entendu [Ă  en croire Alba Rico], le premier de ces « camps » est, de loin, le pire. Posons-nous, voulez-vous bien, la question suivante, sans mĂȘme nous demander ce que le cĂ©lĂšbre rĂ©visionniste Mahmoud Ahmadinejad pourrait bien en penser : quelle cause peut-elle bien avoir amenĂ© des Ă©crivains de gauche Ă  avoir un tel mĂ©pris tant pour la signification historique et Ă©thique de la Shoah que pour cette invention humaine dĂ©nommĂ©e Vernichtungslager, c’est-Ă -dire : camp d’extermination ? Quelle cause a-t-elle bien pu conduire Ă  une telle comparaison outrageante, qui est l’exact contraire de l’exercice tant de la mĂ©moire que de la rĂ©flexion appliquĂ©es Ă  la chose la plus terrible de l’histoire contemporaine ? Une chose qui, comme l’a Ă©crit Primo Levi, a imprimĂ© de maniĂšre indĂ©lĂ©bile sur notre peau « la honte d’ĂȘtre des hommes » ? Une partie de la gauche occidentale, qui se considĂšre « anti-impĂ©rialiste », est tombĂ©e malade de fanatisme et d’imposture, devant une rĂ©alitĂ© qu’elle ne comprend plus ; alors, elle s’accroche Ă  certains mythes, qui ne sont ni fondĂ©s sur des ĂȘtres humains rĂ©els, ni sur les causes de leur incommensurable souffrance.

Une nouvelle narration

Rien, absolument rien ne pourra empĂȘcher que les faucons israĂ©liens, qui sont nombreux, n’entraĂźnent leur pays au dĂ©sastre, ni que les apĂŽtres jihadistes de diverses confessions ne coulent Ă  jamais tant la cause que l’existence mĂȘme du peuple palestinien, en tant que sujet collectif, si nous ne sommes pas capables, tout de suite, de crĂ©er da capo une nouvelle narration tant du problĂšme palestinien que du conflit palestino-israĂ©lien qui soient susceptibles de nous permettre de penser et de pratiquer une rĂ©sistance qui conduise Ă  la paix dans la rĂ©gion [et dans le monde], ainsi que de rĂ©aliser une justice qui ne signifie en rien l’annihilation de l’ennemi mortel de l’autre. Mais il faudra soumettre Ă  la critique toutes les narrations fixant les termes d’une guerre entre des peuples et des États. Il ne saurait y avoir de justification historique ni Ă  la conquĂȘte – le « grand IsraĂ«l » - ni Ă  la « grande vengeance » encryptĂ©e depuis la fondation de l’État d’IsraĂ«l dans le mot d’ordre de « jeter les juifs Ă  la mer ».

Nationalismes

A cette fin, nous avons besoin de rigueur, c’est-Ă -dire du contraire de la dĂ©formation des perspectives – cette Umkehrung, dans laquelle le meilleur des Nietzsche focalisait sa bataille solitaire contre la « rabies nationalis », c’est-Ă -dire ces « sentiments de vengeance et de ressentiment », qui Ă©taient dĂ©jĂ  concentrĂ©s, Ă  la fin du vingtiĂšme siĂšcle, sur les apĂŽtres d’un « antisĂ©mitisme » sorti des presses, Ă  l’époque. Le « sionisme », tellement vilipendĂ©, fut le fruit d’une « rabies nationalis », d’une « rage nationaliste », qui dĂ©vasta la premiĂšre moitiĂ© du vingtiĂšme siĂšcle, et causa aux juifs d’Europe la plus atroce souffrance de toute leur histoire en tant que communautĂ©. Le sionisme et un nationalisme, c’est la volontĂ© collective d’avoir un pays, portĂ©e par ceux qui n’en ont jamais eu, depuis la Diaspora. Le sionisme est-il pire que n’importe quel autre nationalisme, en particulier depuis la disparition du contenu progressiste de la « libĂ©ration nationale » (avec son corollaire, dans l’extraordinaire conjecture, tant chez LĂ©nine que chez d’autres auteurs : la rĂ©volution socialiste) ? De ce point de vue, le sionisme, certes, est porteur d’autant de violence qu’en comporte inĂ©vitablement la construction de toute nation.

Toutefois, le sionisme est [ici] accusĂ© d’un « crime » : le fait d’avoir Ă©tĂ© constituĂ© en État, en 1948, aprĂšs que les Nations Unies se furent lavĂ©es les mains en pondant une rĂ©solution fixant les modalitĂ©s d’un partage du territoire colonial de la Palestine, amenant des hommes politiques responsables (tant Arabes que Palestiniens) ne l’acceptant pas, Ă  dĂ©clarer la guerre Ă  l’État d’IsraĂ«l encore dans ses langes. Ou bien alors, peut-ĂȘtre le crime Ă©tait-il cette migration progressive de pionniers juifs, depuis le dĂ©but du vingtiĂšme siĂšcle, qui allaient s’installer en Palestine, afin d’y acheter des terres et de bĂątir une communautĂ© politique, et un futur État juif ? La Nakba [catastrophe] palestinienne a alors commencĂ©, au moment oĂč le rejet par des Ă©lites panarabes de ce qui avait Ă©tĂ© irrĂ©versiblement prĂ©sentĂ© comme une dĂ©faite politique et militaire qui n’a fait que s’aggraver depuis lors. LĂ  rĂ©side la tragĂ©die permanente, marquĂ©e par la guerre, par la rĂ©sistance et les innombrables dĂ©sastres politiques et diplomatiques tant des divers leaderships palestiniens que des États panarabistes, depuis la Guerre des Six Jours jusqu’à l’autodissolution de l’OLP consĂ©cutive Ă  la signature d’Oslo.

Nul ne saurait dissimuler les terribles crimes, prĂ©sents et passĂ©s, de l’État d’IsraĂ«l ; l’épuration ethnique perpĂ©trĂ©e tant par l’Irgoun que par la Haganah durant la guerre de 1948 et connue, dĂ©sormais, grĂące aux « nouveaux historiens israĂ©liens », ni la folie incarnĂ©e par les Ă©lites israĂ©liennes, voici quelques annĂ©es de cela. NĂ©anmoins, l’existence d’IsraĂ«l ne saurait ĂȘtre remise en cause, tout au moins en tant que point de dĂ©part vers une perspective de paix et de justice. En 1968, Jean-Paul Sartre considĂ©rait « insensĂ© » d’attribuer le « rĂŽle de l’agresseur » Ă  l’État d’IsraĂ«l, dans la guerre de 1948. Le recours intoxiquant Ă  la vieille histoire des « complots sioniste et impĂ©rialiste » Ă  propos de la crĂ©ation d’IsraĂ«l a, depuis lors, contribuĂ© – et continue Ă  contribuer, aujourd’hui – Ă  rendre inaccessible l’objectif historique du peuple palestinien, Ă  savoir un État viable et dĂ©mocratique, dans la rĂ©gion.

Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier.

Le danger, c’est le bourrage de crñne

par Gilad Atzmon

Les annĂ©es m’ont appris que si les dĂ©bats intellectuels et les controverses idĂ©ologiques sont censĂ©s constituer des Ă©vĂ©nements Ă©clairants, dans la plupart des cas, ils sont dans la plupart des cas emmerdants comme la pluie. Reste qu’une bonne maniĂšre d’épicer un peu un dĂ©bat fadasse consiste Ă  dĂ©noncer les diverses mĂ©thodes et tactiques auxquelles les dĂ©batteurs ont recours. Autrement dit : plutĂŽt que d’essayer d’évaluer ou de saisir un argument donnĂ© en fonction de ce qu’il entend Ă©ventuellement rĂ©vĂ©ler, on peut s’efforcer de mettre au jour ce qu’un argument donnĂ© a pour seule fin de cacher.

Dans un article rĂ©cemment publiĂ© par Diagonal sous le titre « C’est IsraĂ«l, le danger », Santiago Alba Rico affirme qu’IsraĂ«l reprĂ©sente la plus grave menace pour la paix mondiale. Il semble qu’Alba Rico retire une vision Ă©thique de ce qu’est IsraĂ«l de la derniĂšre phase atteinte par la brutalitĂ© israĂ©lienne. De fait, Ă  en juger au niveau d’agression atteint par IsraĂ«l au Liban et Ă  Gaza l’étĂ© dernier, il ne reste guĂšre d’espace pour le doute. IsraĂ«l est moralement en faillite.

Bien qu’Alba Rico prĂ©sente une argumentation valable, pertinente, aiguisĂ©e, concise et nette, sa base de dĂ©part est quelque peu Ă©vidente. Il se contente d’accuser de meurtre l’assassin en plein jour. NĂ©anmoins, c’est en cela que rĂ©side la trĂšs grande force de son argumentation. Des penseurs remarquables sont capables de faire en sorte que la complexitĂ© semble simple, rĂ©trospectivement. Leur rĂŽle consiste Ă  crier que le roi est nu, avant que quiconque d’autre ne l’ait fait. Les grands philosophes n’ont pas besoin de raisonnements historiques. Ils se dĂ©brouillent trĂšs bien, en l’absence de toute piĂšce Ă  conviction. Ils vivent trĂšs bien sans rĂ©fĂ©rences bibliographiques et sans citations interminables. Ils se contentent de communiquer raisonnablement, en appliquant la raison. Les philosophes qui, de surcroĂźt, s’attĂšlent aux questions morales, ont tendance Ă  ĂȘtre en phase avec les esprits libres et Ă©thiques. C’est lĂ , trĂšs prĂ©cisĂ©ment, ce que fait Alba Rico, avec grand succĂšs.

Alba Rico n’est pas un politicien ; il ne cherche pas Ă  suggĂ©rer une solution au conflit, il ne lance aucun appel Ă  « jeter les juifs Ă  la mer ». Il se contente de faire observer qu’IsraĂ«l est en train de nous conduire Ă  une catastrophe imminente.

La tĂąche d’Alba Rico semble aisĂ©e ; fondamentalement, il accuse de meurtre le massacreur en plein jour. En revanche, SĂĄnchez Cedillo vise l’impossible : dans un article publiĂ© dans Diagonal (« Le danger : une guerre sans fin, plus le fanatisme »), SĂĄnchez Cedillo tente de rĂ©futer Alba Rico en se faisant l’avocat d’IsraĂ«l


De fait, SĂĄnchez Cedillo s’attelle Ă  une tĂąche quasi impossible ; il se lance sur une piste que mĂȘme les sionistes s’efforcent d’éviter, et ce, depuis pas mal de temps. En fait, les sionistes ne tiennent plus de « discours d’autojustification ». Avec le soutien de l’AmĂ©rique et des centaines de bombes nuclĂ©aires Ă  leur disposition, le droit Ă  l’existence d’IsraĂ«l est maintenu Ă  la pointe de l’épĂ©e, ou plus prĂ©cisĂ©ment, par des millions de bombes amĂ©ricaines Ă  sous-munitions, prĂȘtes Ă  ĂȘtre lancĂ©es.

La dĂ©cision qu’a prise SĂĄnchez Cedillo de dĂ©fendre une argumentation en faveur de l’existence de l’ « État rĂ©servĂ© aux seuls juifs » [le ‘Jews Only State’, le JOS, NdT], doit donc ĂȘtre perçue comme une tĂąche hĂ©roĂŻque. AprĂšs JĂ©nine, aprĂšs Gaza et aprĂšs Beyrouth, il est extrĂȘmement difficile d’offrir Ă  IsraĂ«l une dĂ©fense et illustration morale. SĂĄnchez Cedillo fait du mieux qu’il peut, et c’est la raison pour laquelle un examen scrupuleux de son argumentation est extrĂȘmement important, car il nous permet d’avoir un aperçu de ce qui reste du « discours d’autojustification » sioniste.

Bourrage de crĂąne

Il est parfaitement Ă©tablit que, dans le discours libĂ©ral dĂ©mocratique d’aprĂšs-guerre, celui qui domine le « signifiĂ© » et celui qui donne sa forme Ă  la rĂ©alitĂ©. Autrement dit, si vous voulez gagner, vous devez apprendre Ă  maĂźtriser la propagande. Bourrer le crĂąne aux gens, c’est leur dicter des signifiĂ©s. Faire de la propagande, c’est aider les gens Ă  cesser de penser de maniĂšre indĂ©pendante et Ă©thique. C’est dĂ©tourner l’attention du public, c’est dĂ©tacher l’auditoire de la rĂ©alitĂ©, c’est dĂ©tacher les gens d’eux-mĂȘmes, c’est rendre les individus aveugles Ă  leurs propres intuitions premiĂšres.

1 – Nom de code : ‘IsraĂ«l’

Les sionistes ont tendance Ă  dissimuler le fait qu’IsraĂ«l n’est rien d’autre qu’un nom de code pour un État national expansionniste aux fondements raciaux. IsraĂ«l est, fondamentalement, un nom de code servant Ă  dĂ©signer l’ « État rĂ©servĂ© aux seuls juifs ». IsraĂ«l n’est pas simplement un État-nation innocent comme tente de nous le faire accroire SĂĄnchez Cedillo, il s’agit bien plutĂŽt d’un État raciste, aux lois discriminatoires dĂ©jĂ  dĂ©noncĂ©es par Hannah Arendt dans les annĂ©es 1960, et qui ne diffĂšrent pas catĂ©goriquement des infĂąmes lois de Nuremberg.

Une fois que vous avez compris que le ‘signifiant’ IsraĂ«l n’est rien d’autre qu’un ‘truc’ dont la seule raison d’exister est de dissimuler le sinistre agenda sioniste raciste, vous ĂȘtes fondĂ© Ă  remplacer le terme soi-disant innocent d’ « IsraĂ«l » par sa signification rĂ©elle, Ă  savoir l’ « État rĂ©servĂ© aux seuls juifs. »

Dans son commentaire, SĂĄnchez Cedillo suggĂšre que « l’existence d’IsraĂ«l ne saurait ĂȘtre remise en cause, tout au moins en tant que point de dĂ©part vers une perspective de paix et de justice. »

A premiÚre vue, cette citation semble une affirmation innocente et légitime. Toutefois, une fois le mot « Israël » remplacé par sa véritable signification idélogique, nous obtenons :

« l’existence de l’État rĂ©servĂ© aux seuls juifs ne saurait ĂȘtre remise en cause, tout au moins en tant que point de dĂ©part vers une perspective de paix et de justice » 

A l’évidence, du point de vue Ă©thique, la citation modifiĂ©e est une absurditĂ© qui en dit long. A l’évidence, le concept d’ « État rĂ©servĂ© aux seuls juifs » doit ĂȘtre remis en cause avant toute discussion Ă  propos de « la paix » ou de « la justice ». Ce qui est trĂšs inquiĂ©tant, c’est le fait que SĂĄnchez Cedillo, tout en le sachant parfaitement, prĂ©fĂšre, plutĂŽt que raisonner avec ses lecteurs, les embobiner, dĂ©tourner leur attention, Ă  seule fin de gagner la partie, tout en dissimulant la vĂ©ritĂ©.

2 – Aucun business n’arrive à la cheville du Shoah business

Dans sa rĂ©futation, SĂĄnchez Cedillo repousse toute comparaison entre Auschwitz et Gaza. Son argumentation semble valide, Ă  premiĂšre vue : alors qu’Auschwitz Ă©tait un « camp de la mort », Gaza est « simplement » une prison gĂ©ante, oĂč plus d’un million de prisonniers affamĂ©s sont bombardĂ©s et investis quotidiennement par la puissante armĂ©e de l’ « État rĂ©servĂ© aux seuls juifs ». Et puis, regardons les choses en face : ces prisonniers respirent encore ! Il peut se faire que quelqu’un admette qu’il s’agit lĂ  vĂ©ritablement d’un argument imparable, dĂšs lors que le quelqu’un en question a Ă©tĂ© mentalement, intellectuellement, Ă©motionnellement ou physiquement circoncis. De fait, les sionistes et leurs thurifĂ©raires ont un mal fou Ă  comprendre la raison pour laquelle l’argument citĂ© plus haut n’arrive pas Ă  franchir les murs du ghetto juif et du discours sionocentrique.

Je vais essayer des les aider. DĂšs lors que ce sont prĂ©cisĂ©ment les sionistes et leurs thurifĂ©raires qui bloquent catĂ©goriquement tout processus de rĂ©examen et de rĂ©vision de la Seconde guerre mondiale et du judĂ©ocide nazi, la Shoah est en train de se transformer rapidement en un bourrage de crĂąne politique, en cessant d’ĂȘtre un enrichissement moral vivant et authentique. Au lieu d’exercer leur esprit critique Ă  propos de l’Holocauste, les EuropĂ©ens sont aujourd’hui assujettis Ă  des lois qui dĂ©terminent la vĂ©ritĂ© de ce que fut Auschwitz. PlutĂŽt que de se confronter Ă  Auschwitz du point de vue Ă©thique en tant qu’ĂȘtres libres, les EuropĂ©ens sont condamnĂ©s Ă  accepter une unique narration strictement dĂ©limitĂ©e et ayant une implication morale et politique trĂšs prĂ©cise, pour ne pas dire une interprĂ©tation. Autrement dit, c’est l’hĂ©gĂ©monie sioniste sur le discours historique qui a transformĂ© Auschwitz en un fait isolĂ© et momifiĂ©, qui continue Ă  perdre sa pertinence tandis mĂȘme que je finis d’écrire cette phrase.

En revanche, la rĂ©alitĂ© de Gaza, de JĂ©nine, de Bint JbeĂŻl et de la banlieue sud de Beyrouth est le rĂ©sultat d’une rĂ©action authentiquement Ă©thique se dĂ©veloppant Ă  l’intĂ©rieur de toute pensĂ©e et de tout esprit libres. Éprouver de l’empathie pour les Palestiniens est la consĂ©quence directe du simple fait d’ĂȘtre au monde. C’est la raison pour laquelle cette empathie prend de si nombreuses formes, de si nombreux aspects. Alors qu’Auschwitz est devenu partie intĂ©grante de la politique occidentale contemporaine et qu’il est intrinsĂšquement associĂ© Ă  tout ce que nous dĂ©testons dans le discours politique occidental, ressentir de l’empathie envers les Palestiniens, c’est rĂ©dimer l’humanisme, c’est prendre fait et cause pour David et l’aider Ă  vaincre Goliath.

L’invocation des grands gourous

Parvenu au terme de sa rĂ©futation, SĂĄnchez Cedillo martelle que « l’existence d’IsraĂ«l ne saurait ĂȘtre remise en cause ». Au cas oĂč quelqu’un se demanderait : « pour quelle raison, au juste ? », SĂĄnchez Cedillo s’empresse d’apporter la rĂ©ponse : « En 1968, Jean-Paul Sartre considĂ©rait « insensĂ© » d’attribuer le « rĂŽle de l’agresseur » Ă  l’État d’IsraĂ«l, dans la guerre de 1948 ». Alors, pensez-vous en vous-mĂȘme, « l’ « État rĂ©servĂ© aux seuls juifs » devrait se voir accorder un droit inconditionnel et illimitĂ© dans le temps Ă  exister, simplement parce que le grand Jean-Paul Sartre Ă©tait soit mal informĂ©, soit intellectuellement handicapĂ©, en 1968 » ? ! ?

Permettez-moi de suggĂ©rer que s’il s’agit lĂ  de la meilleure entourloupe dont soient capables les dĂ©fenseurs d’IsraĂ«l, IsraĂ«l et le sionisme feraient mieux de ne compter que sur leurs canons, leurs chars et leurs avions de guerre ! Ne serait-ce qu’intellectuellement, le droit Ă  l’existence de l’ « État rĂ©servĂ© aux seuls juifs » est en effet manifestement insupportable.

Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

La paix exige la disparition du sionisme

par Khalid Amayreh

Je suis un Palestinien, qui vit depuis plus de 39 ans sous le joug de l’occupation militaire israĂ©lienne, et qui a perdu trois oncles innocents sous les balles de l’occupant. En tant que tel, je devrais pouvoir sans problĂšme comparer IsraĂ«l Ă  l’Allemagne nazie.

Il est Ă©videmment vrai qu’IsraĂ«l n’a pas mis en place des chambres Ă  gaz dans les villes et villages palestiniens. Cependant, comme de par le passĂ©, IsraĂ«l tue et tourmente sans trĂȘve les Palestiniens en utilisant toute une variĂ©tĂ© de mĂ©thodes qui, par leur brutalitĂ© et leur malfaisance absolue, ne diffĂšrent pas significativement, par essence, du comportement des nazis.

En outre, il est d’une importance cruciale de se rappeler que l’holocauste nazi n’a pas dĂ©butĂ© avec Auschwitz ni Bergen-Belsen, mais bien plutĂŽt avec une idĂ©e, un livre et une “Nuit de Cristal”, le genre de choses qui, de nos jours, abondent sans frein dans l’imaginaire collectif israĂ©lien, tandis que la sociĂ©tĂ© juive israĂ©lienne continue de dĂ©river vers un fascisme religieux et ultra-nationaliste.

Ce n’est pas un glissement du sionisme libĂ©ral vers un sionisme religieux, comme le soutiendraient certains apologues pro-IsraĂ©liens. Il n’y a rien qui ressemble de prĂšs ou de loin Ă  un “sionisme libĂ©ral” ou Ă  un “sionisme dĂ©mocratique”. Ce sont des expressions contradictoires, [des oxymorons, NdT].

On nous dit que le propos du sionisme est de “construire un foyer national pour les juifs.” Cependant, pour ses millions de victimes, le sionisme, c’est le dĂ©racinement et l’expulsion de la majeure partie du peuple palestinien hors de son foyer ancestral, et sa dispersion vers les quatre coins du monde, par le biais de la terreur organisĂ©e et de la violence. C’est lĂ  le hideux visage du sionisme que l’Occident, en grande part, refuse de regarder en face.

En effet, dĂšs ses balbutiements, le sionisme considĂ©rait la Palestine comme “une terre sans peuple pour un peuple sans terre”. Cette nĂ©gation arrogante de l’existence mĂȘme de mon peuple ne trouve pas son origine dans une ignorance de la rĂ©alitĂ©. C’Ă©tait l’expression d’un racisme violent et virulent, trĂšs semblable Ă  celui des barbares europĂ©ens blancs qui exterminĂšrent six millions d’autochtones amĂ©rindiens et nommĂšrent ce gĂ©nocide “Destin manifeste”. [1]

Les sionistes savaient fort bien que la Palestine Ă©tait peuplĂ©e de centaines de milliers de chrĂ©tiens et de musulmans. En 1898, une dĂ©lĂ©gation sioniste, qui visitait la Palestine pour Ă©valuer dans quelle mesure il Ă©tait faisable de la transformer en un État juif, envoya un tĂ©lĂ©gramme lapidaire qui rĂ©sumait la situation. “La mariĂ©e est superbe, mais elle est l’Ă©pouse d’un autre homme.” NĂ©anmoins, le mouvement sioniste persista dans sa dĂ©termination inflexible Ă  vouloir ravir la mariĂ©e Ă  son Ă©poux lĂ©gitime.

Ce fut un viol pur et simple, c’est encore un viol pur et simple, et ce sera toujours un viol, et rien n’y change, que les faiseurs de mythes soient cĂ©lĂ©brĂ©s et leurs mythes glorifiĂ©s.

En fait, malgrĂ© dĂ©jĂ  cinquante annĂ©es d’existence de l’ “État des juifs”, le but inavouĂ© et cependant ultime d’IsraĂ«l demeure l’expulsion des Palestiniens, en majoritĂ© ou en totalitĂ©, hors de la zone qui s’Ă©tend du fleuve Jourdain jusqu’Ă  la mer MĂ©diterranĂ©e.

En effet, n’importe quel observateur occasionnel des mĂ©dias israĂ©liens sera confrontĂ© ces temps-ci, quasi quotidiennement, Ă  des remarques et des dĂ©clarations Ă©manant d’officiels israĂ©liens, parmi lesquels des membres de la Knesset [2] et des ministres, qui en appellent Ă  un “transfert” des Palestiniens, pas seulement hors de la Cisjordanie, de Gaza et de JĂ©rusalem-Est, mais aussi hors d’IsraĂ«l lui-mĂȘme.

“Transfert”, voilĂ  un mot qui est loin d’ĂȘtre innocent. Ce n’est rien d’autre qu’un euphĂ©misme pour “gĂ©nocide”, au moins un gĂ©nocide partiel, puisqu’il est Ă  peu prĂšs impossible de mener Ă  bien l’expulsion en masse et le nettoyage ethnique de millions de personnes hors de leur patrie sans recourir au meurtre et Ă  la terreur de masse.

Eh bien, n’est-ce pas justement la mĂ©thode qu’utilisĂšrent avec libĂ©ralitĂ© les lĂ©gions sionistes en 1948, afin de forcer la majeure partie des Palestiniens Ă  quitter leurs villes et villages ? [3] Dans son livre “The Revolt” [4], Menahem Begin n’a-t-il pas comparĂ© le massacre de Deir Yassin Ă  un miracle parce qu’il poussa des centaines de milliers de Palestiniens terrorisĂ©s Ă  fuir ?

Nous devons impĂ©rativement appeler une pioche une pioche, particuliĂšrement lorsqu’elle est entre les mains de nos fossoyeurs [5]. Les sionistes sont comparables aux nazis, parce que leurs actions et leur comportement sont comparables et similaires aux actions et au comportement des nazis.

Car, si les nazis cherchĂšrent Ă  effacer les juifs en tant que peuple, les sionistes [6] ont cherchĂ© Ă  effacer les Palestiniens en tant que peuple. Il ne s’agit pas seulement du dĂ©dain de Golda Meir demandant “Quels Palestiniens ?” ou de certains officiels israĂ©liens nous qualifiant avec mĂ©pris de “Gens de nulle part” [7]. La destruction systĂ©matique de quelques 460 villes et villages palestiniens par IsraĂ«l (1948-1952) fut un acte nazi de premier ordre, qui impliquait une indiffĂ©rence et une nĂ©gation absolues de et envers “l’Autre”, sans nulle raison que la non-judĂ©itĂ© des victimes. (Les maigres ruines de certaines de ces localitĂ©s peuvent encore ĂȘtre observĂ©es aujourd’hui, et ont fait l’objet d’une documentation et d’une recension mĂ©ticuleuse dans l’ouvrage monumental de Walid KhĂąlidĂź “All that Remains”) [8].

Malheureusement, ce modus operandi [9], fait de racisme haineux et de terreur, reste central dans la politique israĂ©lienne envers le peuple palestinien. Il n’y a pas de preuve plus flagrante des intentions malveillantes d’IsraĂ«l que la construction Ă  marche forcĂ©e de centaines de colonies exclusivement juives en territoire occupĂ©. Oui, tout ici est “rĂ©servĂ© aux juifs”. Colonies “rĂ©servĂ©es aux juifs”, routes “rĂ©servĂ©es aux juifs”, piscines “rĂ©servĂ©es aux juifs”, et mĂȘme les droits “rĂ©servĂ©s aux juifs”, puisque les non-juifs sont considĂ©rĂ©s, par une fraction des juifs israĂ©liens qui va s’Ă©largissant, comme les fils d’un Dieu infĂ©rieur, voire carrĂ©ment comme de simples animaux.

Et maintenant, voilĂ  que nous avons ce mur gigantesque et malĂ©fique, dont le but prĂ©tendu est d’empĂȘcher les combattants palestiniens de s’infiltrer en IsraĂ«l, alors que son objectif rĂ©el est d’annexer et de voler la part la plus Ă©tendue possible du territoire palestinien.

En 2004, la Cour internationale de Justice de La Haye a jugĂ© que le Mur Ă©tait illĂ©gal et devait ĂȘtre dĂ©mantelĂ©. Pourtant, IsraĂ«l, soutenu par son alliĂ©-garde du corps, les États-Unis, a bravĂ© le jugement avec arrogance, accusant implicitement la Cour et ses juges d’antisĂ©mitisme.

Outre les colonies, dans lesquelles demeurent les juifs les plus violents et racistes qu’on puisse trouver au monde, IsraĂ«l a toujours cherchĂ© Ă  rendre la vie des Palestiniens si insupportable qu’ils soient contraints Ă  l’Ă©migration.

Afin de rĂ©aliser cet objectif malĂ©fique, les gouvernements israĂ©liens successifs (qu’ils soient menĂ©s par le Parti travailliste [10] ou le Likoud [11]) ont employĂ© toutes les astuces lĂ©gales concevables, y compris la mise en place d’un double systĂšme judiciaire, libĂ©ral pour les juifs, intraitable pour les non-juifs.

L’une des manifestations de cet apartheid judiciaire rĂ©side dans l’incarcĂ©ration Ă  durĂ©e flexible de milliers d’activistes, d’Ă©tudiants, de professionnels et de professeurs d’universitĂ© palestiniens, de mĂȘme que des politiciens, y compris des lĂ©gislateurs et des ministres, sans inculpation ni procĂšs. (Depuis 1967, IsraĂ«l a arrĂȘtĂ© plus de 800 000 Palestiniens).

Lorsqu’il est apparu que ce systĂšme de rĂ©pression institutionnalisĂ©e, notoirement insidieux, avait Ă©chouĂ© Ă  faire Ă©migrer les Palestiniens en nombre, IsraĂ«l recourut Ă  une violence physique Ă©hontĂ©e, terrorisant et tuant les Palestiniens Ă  la moindre “provocation”, une violence fort semblable Ă  celle des armĂ©es hitlĂ©riennes Ă  travers l’Europe occupĂ©e il y a plus de soixante ans.

Il allait sans dire que les incursions et les raids de “pacification” israĂ©liens laisseraient nombre d’enfants et de femmes sans vie, de maisons dĂ©truites, de fermes pulvĂ©risĂ©es, de meubles vandalisĂ©s, et de routes et infrastructures rasĂ©es au bulldozer. En bref, sous prĂ©texte de “combattre le terrorisme”, cette entitĂ© comparable aux nazis commet toutes formes concevables de crimes. Suite Ă  quoi la plupart des mĂ©dias occidentaux rĂ©pĂštent comme des perroquets la version israĂ©lienne, comme si les porte-parole de l’armĂ©e israĂ©lienne Ă©taient les parangons de la vĂ©racitĂ© et de l’honnĂȘtetĂ©.

En derniĂšre analyse, lorsque les juifs [12] (ou qui que ce soit d’autre) se comportent comme les nazis, ils doivent ĂȘtre comparĂ©s aux nazis. En effet, un pays qui envoie ses chasseurs-bombardiers F-16 larguer des bombes d’une tonne sur des immeubles rĂ©sidentiels au beau milieu de la nuit, oĂč sont endormis des femmes et des enfants, un tel pays fait preuve d’une mentalitĂ© moralement proche de celle de la Gestapo.

De plus, une armĂ©e dont les soldats assassinent avec insouciance et enthousiasme des enfants en chemin vers leur Ă©cole, puis s’assurent de leur dĂ©cĂšs en leur dĂ©chargeant vingt balles supplĂ©mentaires dans la tĂȘte, ainsi qu’il est arrivĂ© Ă  Iman Al Hamas dans la ville de Rafah il y a presque trois ans, et dont les soldats qui se sont ainsi comportĂ©s sont blanchis et reçoivent une compensation financiĂšre, une telle armĂ©e n’est pas rĂ©ellement une armĂ©e de soldats professionnels, mais une armĂ©e de voyous, de gangsters et de criminels de droit commun. C’est une armĂ©e qui ne diffĂšre que fort peu de la Wehrmacht [13].

Oui, des Palestiniens ont commis des attentats-suicide Ă  la bombe contre des civils israĂ©liens et ont tuĂ© des quantitĂ©s d’IsraĂ©liens innocents, souvent en reprĂ©sailles pour le massacre d’enfants palestiniens par l’armĂ©e israĂ©lienne et les colons juifs paramilitaires. Je condamne totalement et sans aucune hĂ©sitation ces crimes suicidaires commis contre des IsraĂ©liens innocents. [14]

NĂ©anmoins, IsraĂ«l ne peut pas mener les Palestiniens au bord de l’extermination physique et de leur disparition en tant que nation, et en mĂȘme temps hurler “Hamas, terrorisme, attentats-suicide”.

Le poÚte usaméricain Auden a écrit :

Le grand public et moi-mĂȘme savons
Ce que tous les Ă©coliers apprennent

Qui subit le mal

Fera le mal en retour” [15]

Et en effet, que ferait n’importe quel peuple aprĂšs 59 annĂ©es d’oppression “quasi-nazie” qui dĂ©fie l’imagination ? Que ferait n’importe quel peuple forcĂ© de choisir sa mort : dans l’abattoir juif [12] ou en commettant un attentat-suicide Ă  la bombe ?

IsraĂ«l affirme ne pas tuer dĂ©libĂ©rĂ©ment d’enfants ni de civils palestiniens. Il s’agit lĂ  d’un mensonge manifeste et Ă©hontĂ©. Une erreur peut se produire une, deux, dix fois. Mais lorsque le massacre de civils se produit quasi-quotidiennement, cela s’appelle une politique. En derniĂšre analyse, tuer sciemment, c’est tuer dĂ©libĂ©rĂ©ment.

Aujourd’hui, IsraĂ«l empĂȘche des millions de Palestiniens de se procurer nourriture et travail, ce dont furent Ă©galement empĂȘchĂ©s par la Gestapo les habitants du ghetto de Varsovie. A Gaza, IsraĂ«l a bombardĂ© et dĂ©truit la majeure partie des infrastructures civiles, incluant des Ă©coles, des universitĂ©s, des routes, des ponts, des oeuvres de charitĂ©, ainsi que des milliers de maisons, tout cela sous prĂ©texte de libĂ©rer un soldat israĂ©lien [16]. IsraĂ«l a Ă©galement dĂ©truit la seule centrale Ă©lectrique de Gaza, contraignant 1,4 million de GazaouĂŻtes Ă  vivre dans l’obscuritĂ© totale ou partielle. [17]

C’est toujours le mĂȘme IsraĂ«l qui vient de dĂ©truire une bonne partie du Liban et de larguer 1,5 million de bombes Ă  sous-munitions sur tout le Sud-Liban.

Eh bien, 1,5 million de bombes peuvent tuer au moins 1,5 million d’enfants.

Je sais parfaitement que les apologues pro-IsraĂ©liens, parmi lesquels certains s’affirment hĂ©ritiers de la grande tradition de gauche d’opposition Ă  l’oppression, sont tentĂ©s de façonner une certaine symĂ©trie morale entre IsraĂ«l et les Palestiniens.

Mais, honnĂȘtement, on pourrait demander : quelle symĂ©trie peut-il bien y avoir entre le violeur et sa victime, entre l’occupant et l’occupĂ©, entre le colon fanatique armĂ© et le paysan palestinien terrifiĂ© qui doit s’en remettre Ă  la protection des “volontaires de la paix” occidentaux face au vandalisme et Ă  la sauvagerie du colon ?

Y a-t-il il un espoir de solution pacifique Ă  cet amer conflit qui dure ? Certainement, et il rĂ©side dans le dĂ©mantĂšlement du sionisme et la crĂ©ation d’un État unique, civique et dĂ©mocratique en Palestine-IsraĂ«l, oĂč les juifs et les arabes vivraient en citoyens Ă©gaux comme vivent aujourd’hui en Europe de nombreux juifs et arabes.

Je dis que le sionisme doit disparaĂźtre car le concept d’ “État juif” implique nĂ©cessairement un racisme intrinsĂšque envers les non-juifs [16]. Heureusement, il existe des juifs [12] de conscience et de bonne volontĂ© qui s’accorderaient sur une telle solution. Ils sont nos partenaires naturels pour la paix.

Traduit de l’anglais en français par Xavier Rabilloud.

LE BULLETIN DE L’ASSOCIATION KALEIDOSCOPE DES CULTURES

19 April 2006

Historique de Radio Kaléidoscope 97 FM

Une histoire de LibertĂ©…

Radio KalĂ©idoscope est nĂ©e officiellement le 7 dĂ©cembre 1981 Ă  Saint Martin d’HĂšres.

A l’origine de ce projet, quatre grenoblois dans le vent :

Denis POIZAT, artisan-charpentier

Guy RABASA, urbaniste

Philippe TRUCHE, agent commercial

Vincent SOUSSI, cinéaste.

Ainsi le 23 décembre 1981, pour la premiÚre fois dans notre ville, les grenoblois pouvaient entendre sur la bande FM, des émissions en langues étrangÚres.

Ce fut la naissance de cette station à vocation pluriculturelle, projet qui sert toujours de référence, 25 ans aprÚs sa création.

De décembre 1981 à mars 1982, les programmes, à raison de trois heures par jour, étaient diffusées depuis un appartement de 4 piÚces, situé rue Sarah Bernhardt à SMH. Les premiÚres émissions se faisaient en espagnol, anglais, néerlandais et bien sûr en français.

Puis vint le grand jour. Une soixantaine de personnes motivĂ©es et impliquĂ©es dans cette aventure entreprenaient les travaux nĂ©cessaires Ă  la rĂ©alisation des studios, en investissant de leur temps mais aussi de leur argent. Depuis avril 1982, Ă©tait inaugurĂ©e dans le foyer des Jeunes Travailleurs “Les Ecrins”, la nouvelle structure technique composĂ©e de studios de production et de diffusion. A partir de cette date, une quarantaine d’Ă©quipes se relayĂšrent afin d’assurer la pĂ©rennitĂ© des Ă©missions, Ă  savoir 10 heures de programmes par jour.

La volontĂ© d’expression d’une culture locale et le dĂ©sir d’accĂ©der aux moyens d’information doivent ĂȘtre Ă  la portĂ©e de tous : non seulement aux citoyens de nationalitĂ© française et Ă  leurs associations vivant Ă  Grenoble, mais aussi aux ressortissants des pays Ă©trangers et Ă  leurs associations qui, Ă©galement concourent Ă  la vie Ă©conomique, sociale et culturelle de notre ville en constituant une des composantes spĂ©cifiques des forces vives de notre sociĂ©tĂ©.

La muerte de un canalla

27 March 2006
OBITUARIO CON HURRAS
la muerte de un canalla
Por Mario Benedetti

Los canallas viven mucho,
pero algĂșn dĂ­a se mueren
A Ronald Reagan

Vamos a festejarlo
vengan todos
los inocentes
los damnificados los que gritan de noche
los que sueñan de dia
los que sufren el cuerpo
los que alojan fantasmas
los que pisan descalzos
los que blasfeman y arden
los pobres congelados
los que quieren a alguien
los que nunca se olvidan
vamos a festejarlo
vengan todos
el crĂĄpula se ha muerto
se acabĂł el alma negra
el lĂĄdron
el cochino
se acabĂł para siempre
hurra
que vengan todos
vamos a festejarlo
a no decir
la muerte
siempre lo borra todo
todo lo purifica
cualquier dĂ­a
la muerte
no borra nada
quedan
siempre las cicatrices
hurra
muriĂł el cretino
vamos a festejarlo
a no llorar de vicio
que lloren sus iguales
y se traguen sus lĂĄgrimas
se acabĂł el monstruo prĂłcer
se acabĂł para siempre
vamos a festejarlo
a no ponermos tibios
a no creer que Ă©ste
es un muerto cualquiera
vamos a festerjarlo
a no volvermos flojos
a no olvidar que Ă©ste
es un muerto de mierda
—————-TRADUCTION—————-


NECROLOGIE AVEC DES HOURRAS !!
la mort d’une crapule

De Mario Benedetti les crapules vivent longtemps,
mais un jour ils meurent
A Ronald Reagan
Allons le fĂȘter
venez tous
les innocents
les damnés ceux qui crient la nuit
ceux qui rĂȘvent le jour
ceux dont le corps souffre
ceux qui hébergent des fantÎmes
ceux qui marchent pieds nus
ceux qui blasphÚment et brûlent
les pauvres congelés
ceux qui aiment quelqu’un
ceux qu’on oublie jamais
allons le fĂȘter
venez tous
la crapule est morte
ç’en est fini de l’Ăąme noire
le voleur
le porc
ç’en est fini pour toujours
hourrah !!
allez venez tous
allons le fĂȘter
surtout ne dites pas
que la mort
efface toujours tout
que tout se purifie
un jour
la mort
n’efface rien
il reste
toujours les cicatrices
hourrah !!
il est mort le crétin
allons le fĂȘter
ne pleurez pas par vice
qu’ils pleurent ses semblables
et avalent leurs larmes
ç’en est fini de ce monstre cĂ©lĂ©bre
ç’en est fini pour toujours
allons le fĂȘter
ne nous montrons pas tiĂšdes
ne croyant pas que celui-lĂ 
est un simple mort
allons le fĂȘter
ne devenons pas mous
sans oublier que celui-lĂ 
c’est un mort de merde

Une autre voix juive

21 December 2005
Coup de gueule

Plus de 10.000 juifs Anti-Sionistes orthodoxes ont protestĂ© contre l’existence de l’Ă©tat de l’Israel, face au consulat israĂ©lien, entre la 2Ăšme avenue et des quarante-deuxiĂšme rues, Ă  New York.
le jeudi avril 28 2005

made in israelLa puissance occupante ne doit ni expulser les populations locales ni coloniser les territoires qu’elle occupe Article 49 de la IVĂšme Convention de GenĂšve, signĂ©e par IsraĂ«l.Voici le texte de l’appel signĂ© par des milliers de Juifs de France.

Ce Manifeste est paru dans Le Monde datĂ© du 6/7 avril 2003 puis dans L’HumanitĂ© du 7 avril 2003. Une nouvelle liste de signataire a paru dans Le Monde du 16 octobre 2003.

manifParce que nous ne pouvons pas supporter l’horreur devenue quotidienne au Proche-Orient,
Parce que quelques institutions et quelques hommes publics monopolisent abusivement l’expression des Français juifs,
Parce que nous rassemble une certaine idĂ©e de l’humanitĂ©,
Parce que, devant les rĂ©percussions en France du conflit du Proche-Orient, la rĂ©surgence de l’extrĂȘme droite, et la recrudescence d’actes antisĂ©mites, nous sommes amenĂ©s Ă  revendiquer publiquement la part juive de notre identitĂ© personnelle,
Nous avons décidé de nous exprimer collectivement.
Citoyennes et citoyens de la République française, nos conceptions philosophiques, nos opinions politiques, nos références culturelles, nos rapports à la religion sont divers.
Descendant-e-s de longues lignĂ©es d’hommes et de femmes persĂ©cutĂ©s, mĂ©prisĂ©s, bannis, pourchassĂ©s depuis des siĂšcles, nous luttons contre toute forme de persĂ©cution, d’oppression, comme nombre de nos parents l’ont fait avant nous.
Nous sommes filles et fils de cette RĂ©publique française, qui, dĂšs son origine, a accordĂ© la citoyennetĂ© aux Juifs. Nous nous rĂ©clamons de ses valeurs.. La position de chacune et chacun d’entre nous face Ă  l’hĂ©ritage juif est diverse, mais le souvenir de l’extermination, la conviction qu’elle n’appartient Ă  personne, qu’elle ne peut justifier aucun nationalisme, nous font un devoir de parler comme nous le faisons.
manif2 Certains d’entre nous ont pour IsraĂ«l un attachement particulier que d’autres ne partagent pas, d’autres rĂ©cusent le principe mĂȘme du projet sioniste.
Nous considĂ©rons cependant tous que, nĂ© dans les conditions historiques laissĂ©es par les ruines du fascisme hitlĂ©rien, le peuple israĂ©lien a droit Ă  un État aux frontiĂšres sĂ»res et reconnues, dans le cadre des rĂ©solutions de l’ONU.
Mais nous n’autorisons ni l’État d’IsraĂ«l, ni les institutions qui, en France, prĂ©tendent reprĂ©senter les citoyens juifs, Ă  parler en leur nom. Nous nous rĂ©voltons contre l’oppression coloniale dont souffrent la Palestine et les Palestiniens du fait du gouvernement d’IsraĂ«l. Nous ne croyons pas que l’on combatte l’antisĂ©mitisme en laissant les IsraĂ©liens devenir un peuple d’oppresseurs. Il n’y a paix et avenir pour le peuple israĂ©lien que dans une coexistence pacifique et loyale avec le peuple palestinien. Nous soutenons tous ceux qui, en IsraĂ«l, en Palestine et ailleurs, Ɠuvrent courageusement pour la paix, pour la justice, pour l’Ă©galitĂ© des droits, contre la politique criminelle de M. Sharon.
jews are not sionists Nous constatons la montĂ©e en puissance de l’idĂ©ologie de l’extrĂȘme-droite israĂ©lienne au sein de forces politiques françaises. De nombreux dĂ©mocrates (parmi lesquels de nombreux juifs), sont victimes d’intimidations: ils se voient accusĂ©s d’antisĂ©mitisme, au seul motif qu’ils combattent la politique menĂ©e par le gouvernement israĂ©lien ou rĂ©clament le respect par IsraĂ«l des rĂ©solutions de l’ONU, des engagements pris Ă  Oslo.
Que cherche-t-on en pratiquant ces amalgames monstrueux? Que cherche-t-on en multipliant les agressions verbales et les menaces physiques contre ceux, Juifs ou non, qui exercent leur responsabilité de citoyens en condamnant publiquement la politique israélienne actuelle? Que cherche-t-on en donnant au judaïsme confisqué un visage repoussant?
Nous refusons le jeu de l’actuel gouvernement israĂ©lien qui, pour renforcer son potentiel d’expansion, cherche Ă  accroĂźtre l’immigration en IsraĂ«l, et s’accommode des rĂ©surgences de l’antisĂ©mitisme.
judaism rejects sionism L’antisĂ©mitisme d’aujourd’hui a certes ajoutĂ© une dimension Ă  l’abject en qualifiant les atrocitĂ©s nazies de «dĂ©tail de l’histoire». Mais certains d’entre nous pensent qu’Ă  l’inverse, soutenir qu’il n’y a d’autre crime contre l’humanitĂ© que l’extermination des Juifs par les nazis, c’est nourrir les sources mĂȘme du nĂ©gationisme; nous ne rĂ©clamons aucun privilĂšge pour les Juifs en tant que victimes: nous nous dressons contre toute oppression. La politique israĂ©lienne actuelle n’a certes pas pour but l’anĂ©antissement physique du peuple palestinien, mais plusieurs d’entre nous se demandent si, prise dans son ensemble, ses inspirateurs et ses exĂ©cutants ne relĂšveraient pas de la Cour PĂ©nale Internationale.
Quant aux attentats-suicide organisĂ©s par les groupes terroristes palestiniens contre les civils israĂ©liens, ce ne sont pas seulement des actes monstrueux; ceux qui les trament, envoyant Ă  la mort de jeunes ĂȘtres en spĂ©culant sur leur dĂ©sespoir, sont Ă  nos yeux, comme Ă  ceux de nombreux dirigeants palestiniens, des ennemis – et non des alliĂ©s dĂ©voyĂ©s – du rĂ©tablissement des droits fondamentaux du peuple palestinien. Nous condamnons les forces palestiniennes opposĂ©es Ă  l’existence d’IsraĂ«l.
De mĂȘme, notre solidaritĂ© avec le peuple palestinien ne nous entraĂźnera jamais Ă  la moindre collusion avec ceux dont la sollicitude pour la Palestine n’a comme ressort que la haine des Juifs.
Il reste que :
— le peuple palestinien a des droits imprescriptibles sur une terre occupĂ©e aujourd’hui par les forces armĂ©es du plus surarmĂ© des États du Proche-Orient.
— le peuple palestinien a le droit imprescriptible d’y fonder, dans les conditions garanties par la Charte des Nations Unies, l’État de son choix.
— le peuple palestinien a des droits imprescriptibles sur la ville de JĂ©rusalem, capitale Ă  partager.
— le peuple palestinien a le droit de voir ses exilĂ©s et ses rĂ©fugiĂ©s choisir, dans des conditions Ă  nĂ©gocier, entre un retour viable sur la terre de leurs ancĂȘtres et une juste indemnisation.
Tout ce qui s’oppose Ă  la rĂ©alisation de ces droits nourrit la guerre sans fin, les atrocitĂ©s, la haine.
Parce que le siĂšcle a connu l’effondrement de systĂšmes violemment oppressifs, nous croyons possible et nĂ©cessaire l’Ă©tablissement d’une paix juste et durable au Proche-Orient.
Devant la montĂ©e des menaces intĂ©gristes, chauvines, communautaristes, racistes et antisĂ©mites, devant les ingĂ©rences criminogĂšnes, antidĂ©mocratiques, de la droite israĂ©lienne dans la sociĂ©tĂ© française, nous voulons faire entendre, obstinĂ©ment, la voix de Français juifs, ou d’origine juive, qui soutiennent les idĂ©aux de dĂ©mocratie, de libertĂ©, d’universalitĂ© des droits humains et des droits des peuples.

Quleques signataires :

Michel Adida, médecin
Armand Ajzenberg, parents morts Ă  Auschwitz
Jacqueline Ajzenberg
Alain Alcan, citoyen français juif
Elisabeth Alexandre, journaliste
GeneviĂšve Aller, citoyenne
Diana Arenzon, psychanalyste
Pierre Attal, prof. émérite univ. Paris X
Danielle Bailly, prof. émérite univ. Paris VII
Francis Bailly, physicien CNRS
HélÚne Ben Attar, fille de déporté à Auschwitz, maquettiste
Corinne Bendayan, enseignante, petite-fille de déporté(e)s morts à Auschwitz
Rivka Bercovici, attachĂ©e d’administration
Yves Berrebi, prof. de S.E.S.
Marc-Henri Boisse, comédien
Eric Benayoun
Georges Bensaïd, retraité, MC univ. Paris 1
Thierry Berkover, prof. agrégé, univ. Marne la Vallée, fils de déporté à Auschwitz
Jacques Bloc, retraité
Jean-Pierre Bloc, monteur film
François Bloch, citoyen français
Bernard Bloch, comĂ©dien, metteur en scĂšne, traducteur, membre du bureau national du SyndĂ©ac (Syndicat des directeurs d’Ă©tablissements d’action culturelle)
Jean Brafman, cadre de santé publique, conseiller régional Ile de france
Sophie Bram Ouali, fille de déporté assassiné à Auschwitz
Bernard Bornstein, médecin
Olivier Brunschwig, psychiatre psychanalyste
Jean Caballero, dir. gĂ©n. services de la ville d’Echirolles, IsĂšre
Daniel Cattan, prof. émérite univ. Paris 12
Catherine Chif, prof.
Gilles Cohen-Tannoudji, physicien
Catherine Combase, conseillĂšre d’orientation-psychologue
Nathalie Combase, agrĂ©gĂ©e d’Ă©duc. musicale, principale adjointe de collĂšge, petite-fille de dĂ©portĂ©s Ă  Maidenek et Auschwitz
Thierry Cote, biologiste
Jacques Coulardeau, ATER univ. Perpignan
Robert Créange
VĂ©ronique Delautier-LĂ©vy
Christian Dacquin, Principal honoraire de collĂšge
Joseph Danan, Ă©crivain, MC univ. Paris III
Jean-Louis Dayan, Ă©conomiste
Frédéric Desgranges, étudiant
MichĂšle Dolin, psychanalyste
Elise Dreyfus-Martayan, urbaniste
Michel Dreyfus, historien, dir. rech. CNRS
Betty Engel, assistante sociale retraitée
Maurice Engel, ingénieur informaticien, retraité
Jeanne Fagnani-Lichtenstein, dir. rech. CNRS
Lisette Falk, journaliste
Nicole Fayman, fille de déporté résistant
Patrick Feldstein, travailleur social, prés.association Shalom Paix Salam, Caen
Ami Flammer, violoniste
Ilan Flammer, cinéaste
Elein Fleiss, rédactrice en chef de Purple et HélÚne
Raymond Galinski, prof anesthésie-réa, retraité, fils de déporté mort à Auschwitz
Rachel Garbaz
Jacqueline Gaska-Waksberg, retraitée, fille de déporté mort à Kaunas, iLituanie
Dora Gerschenfeld, dir. Rech. CNRS
H. M. Gerschenfeld, dir. Rech. CNRS
Jean Gersin, correcteur, l’Equipe
DaniĂšle Gervais-Marx, journaliste
Jean Giard, ancien dĂ©putĂ© de l’IsĂšre
Serge Gilberg, médecin, prof. associé Paris V
Lise Golomb, documentaliste
Ruth Goodwin, photographe
Guy Gou revitch, ingénieur
Pierre Alain Gourion, avocat
Jean-Guy Greilsamer
Michel Grimberg, MC Ă©tudes germaniques, univ. Amiens
JĂ©rĂŽme Guedj, conseiller gĂ©nĂ©ral de Massy, vice-prĂ©sident du conseil gĂ©nĂ©ral de l’essonne
Yann Guillaud, socio-Ă©conomiste
Jacques Gutwirth, dir. rech. émérite CNRS
Florence Haguenauer, journaliste
Yves Haguenauer
Bernard Herszberg, prof. émérite univ. Paris XII
Simone Herszberg, retraitée
Catherine Herszberg, journaliste
Tsvi Hercberg, inspecteur Théùtre ministÚre de la culture
JĂ©rome Hesse, Ă©crivain
Antoine Hirsch, retraité
Jean-Pierre Hirsch, prof. d’histoire contemporaine, univ. Lille III
Fabienne Hirsch, retraitée
Maurice Hirsch, retraité
David Izraelewicz, retraité
Mathilde JaĂŻs, jeune citoyenne
Vincent Jezewski, MC honoraire univ. Lyon II
André Kahane, physicien
Monique Kantorow prof. honoraire Lycée Condorcet
Michel Kaplan, prof. univ. histoire bizantine, Paris I
Monique Karlikow-Shapiro, retraitée
Nancy Karlikow, enseignante
Serge Karsenty, sociologue, chargé de rech. CNRS
Alfred (zadok) Kaufmann, enseignant retraité
Pierre Khalfa, syndicaliste
Annette Klein, retraitée
Maurice Klein, retraité
Charles Korman, avocat Ă  Paris
Serge Krief, ingénieur en retraite
Stéphane Krief, chercheur industrie pharma.
Nicole Krief
Charles Kurcbard, retraité
Dominique Lagadec, urbaniste
Daniel Lehmann, mathématicien, petit-fils et neveu de déportés mort à Auschwitz
MichĂšle Lessmann-Portejoie
Ellen LĂ©vy, MC univ. Toulouse II
François Lévy, doctorant en littérature, univ. Paris III
Pierre Léon Nephtali Lévy, ancien résistant, puis FFL, croix de guerre avec citation
Georges Lévy, retraité
Maurice Lévy, prof. émérite des Univ.
Daniel Levyne, enseignant
Michel Liberman, ing. rech. honor. CNRS
Janine Liberman, retraitée, petite-fille de déportés morts à Auschwitz
Françoise Lion, psychanalyste
Paul Lowy, syndicaliste, géographe, Dr Ús Lettres, prof certifié hors classe, ancien candidat aux élections européennes
Henri Malberg, ancien prés. Groupe communiste au Conseil de Paris
Jean-François Marx, retraité
Bernard Marx, Ă©conomiste
Denis Marx, postier
J.P. Marx, instituteur
Juliette Minces
Raoul Moati, Paris X, Dept Philo de la logique
Philippe Molina, citoyen retraité, petit-fils de déporté mort à Buchenwald
Robi Morder, juriste et universitaire (UVSQ)
Dominique Natanson, animateur du site “MĂ©moire juive et Ă©ducation”
David Nathan, ancien déporté
Gilles Nejman
Jean-Pierre Netter
Sylvie Niderman, journaliste
Laurent Niederman, mathĂ©maticien, MC Paris XI, petit-fils de Gaston Niederman raflĂ© au Vel d’Hiv, mort Ă  Auschwitz, neveu d’Emile Niederman, raflĂ© par la milice de PĂ©tain, mort Ă  Buchenwald aprĂšs la marche d’Ă©vacuation d’Auschwitz
Lucienne Nayet, fille de déporté mort à Auschwitz
Jean-Pierre Netter
Janine Olff, citoyen retraité
Perrine Olff-Rastegar, citoyenne
Martine Olff-Sommer, citoyenne
Jean-Claude Pecker, membre de l’Institut, pĂšre et mĂšre disparus dans les camps
JĂ©rĂŽme Pichon, citoyen
Jean-Jacques Pik, MĂ©decine Interne, Chef de Service de MĂ©decine
Françoise Pik-Duchenne, prof. agrégée de russe
Pierre Pieprzownik, syndicaliste FSU
HĂ©loĂŻse Plane, enseignante
Sylvie Plane, prof. univ.
Carole Polack, Ă©tudiante
Jean-Claude Poulain, citoyen, fils de déporté (convoi n°1) mort à Auschwitz
Abrami Prawerman
Lilya Rajchman, prof. retraitée, fille de déporté mort à Auschwitz
Evelyne Reberg, membre de l’UJFP
Thierry Reboud, Ă©crivain, citoyen
Anita Rind, militante de la Ligue des Droits de l’Homme
Paul Robel, biologiste, dir. rech. Emérite CNRS
GĂ©rard RoizĂšs, dir. rech. CNRS
Martine Rosa-Haguenauer
André Rossel-Kirschen, historien, ancien résistant
Françoise Rozelaar-Vigier, Avocat à la Cour de Paris
Françoise Ruzé, enseignante retraitée
Jean Safrane
Dominique Salomon, chef d’entreprise, fille de dĂ©portĂ©s raflĂ©s au Vel d’Hiv, exterminĂ©s Ă  Auschwitz
Elisabeth Salomon, fonctionnaire, fille de dĂ©portĂ©s raflĂ©s au Vel d’Hiv, exterminĂ©s Ă  Auschwitz
Monique Salzman, membre honoraire de la Société Française de Psychologie
Didier Sandman, voyagiste, libraire
Odile Sanson Friedmann
IrĂšne Sapir, rescapĂ©e du Vel d’Hiv, fille de dĂ©portĂ©e Ă  Auschwitz
Léon Sapir, retraité du mouvement coopératif
Jean-GĂ©rard Sender, Ă©conomiste de l’Ă©nergie
Michel Shahshahani, journalste, petit-fils et petit-neveu de déportés
Jean-Marc Schick, ingénieur du son
Carlo Schmidt, ingénieur retraité
Jacqueline Schmidt, cadre de banque retraitée
Danielle Schulmann, bibliothécaire
Didier Schulmann, conservateur au MNAM
Bernard Sesolis, ingénieur
Maryse Sesolis, prof.
Claude Sibony
Jacques Sibony, retraité
Paul Souffrin, maire honoraire de Thionville, ancien sénateur de Moselle, fils de déporté mort à Auschwitz
Claude Spielmann, psychanalyste
Lucien Sztarksztejn, journaliste préretraité, fils de déporté mort à Auschwitz
Nicolas Stern
Jacques Sztern, ingénieur de rech. CNRS, fils de déporté mort à Auschwitz
Michel Sztulzaft, consultant formateur, fils et frĂšre de dĂ©portĂ©s Ă  Auschwitz, plus jeune rescapĂ© de la rafle du Vel d’Hiv
Jean-Pierre Tabet
Gil Teitler, fils de déportée
Arlette TĂ©phany
Gabriel Timsit, ancien détenu du camp de Lodi (1956-1960)
Pierre Toubiana, médecin de santé publique
Patricia Touraine, enseignante spécialisée
Didier Tzwangue, consultant interne en organisation
Martine Ubersfeld-Gilain, prof.
Bernard Ullmann, journaliste
Liane Valere, petite fille de déportés morts à Sobibor
Marc Vanhove, prof. honoraire arts plastiques
Philippe Van Leeuw, cinéaste
Daniel Veron
Maya Vigier, citoyene, militante SICO
Michel Waksberg, retraité, adjoint au maire de Sarcelles, fils de déporté mort à Auschwitz
Antoinette Weil, prof. agrégée retraitée
Françoise Weil, conservateur de bibliothÚque retraitée
Irmine Wilf, petite-fille de déportés
Albert Wilkowsky, fils de déportés non revenus, maire adjoint à Sarcelles
Jean Wolff, citoyen
Claude Zelty

Pour signer : TCHAPAIEV@operamail.com

-QUARANTE JUIFS BRITANIQUES RENONCENT AU BENEFICE DE “LA LOI DU RETOUR”-

14 aoĂ»t - Estimant indispensable de mettre leurs actes en accord avec leurs convictions, plus de 40 personnalitĂ©s juives britanniques, intellectuelles et scientifiques, ont annoncĂ© publiquement qu’elles renonçaient au bĂ©nĂ©fice de la « Loi du Retour », pilier de la politique sioniste d’IsraĂ«l, qui accorde automatiquement la nationalitĂ© israĂ©lienne Ă  toute personne considĂ©rĂ©e comme juive la rĂ©clamant.

Voici le texte de l’annonce, publiĂ© dans le quotidien britannique « The Guardian ».

« Nous sommes des Juifs, nĂ©s et Ă©levĂ©s en-dehors d’IsraĂ«l qui, aux termes de la ‘Loi du retour’ israĂ©lienne, sommes de ce fait Ă©ligibles Ă  sĂ©journer en IsraĂ«l, et Ă  en avoir la citoyennetĂ©. Nous souhaitons renoncer Ă  ce ‘droit’ non sollicitĂ©, pour les raisons suivantes :

1/ Nous trouvons immoral qu’une telle disposition puisse nous ĂȘtre accordĂ©e, alors mĂȘme que les gens qui devraient le plus pouvoir bĂ©nĂ©ficier d’un tel droit au ‘retour’, aprĂšs avoir Ă©tĂ© contraints, sous la terreur, Ă  fuir leur pays, en sont exclus.

2/ La politique d’IsraĂ«l Ă  l’encontre des Palestiniens est barbare ; nous ne voulons ĂȘtre identifiĂ©s en aucune maniĂšre avec ce que fait IsraĂ«l.

3/ Nous contestons l’idĂ©e sioniste selon laquelle l’émigration vers IsraĂ«l reprĂ©sente une quelconque ‘solution’ pour les Juifs de la diaspora, Ă  l’antisĂ©mitisme et au racisme ; quelle que soit l’ampleur des persĂ©cutions racistes dont les Juifs ont Ă©tĂ© ou sont victimes, cela ne leur confĂšre pas le droit de persĂ©cuter autrui.

4/ Nous voulons affirmer notre solidaritĂ© avec tous ceux qui prĂ©parent des temps oĂč IsraĂ«l, la Cisjordanie et la bande de Gaza seront habitĂ©s par des peuples sans restrictions fondĂ©es sur de pseudo-origines raciales, culturelles ou ethniques.

Nous espĂ©rons la venue de temps oĂč tous les peuples de la rĂ©gion seront en mesure de vivre ensemble, dans la paix, sur la base du respect mutuel et de l’absence de discriminations. Il se pourrait d’ailleurs que certains d’entre nous aient envie d’y vivre, mais seulement si les droits des Palestiniens sont respectĂ©s. A ceux qui pensent qu’IsraĂ«l constitue un ‘havre’ pour les Juifs menacĂ©s par l’antisĂ©mitisme, nous disons qu’il ne peut y avoir de sĂ©curitĂ© lorsqu’on sse transforme en occupant et en oppresseur. Nous formons le vƓu que le peuple israĂ©lien et ses dirigeants s’en rendent compte le plus tĂŽt possible.
Signé : Michael Rosenlan Saville, Professeure Irene Bruegel, Michael Kustow, Mike Marquesee, Professeur Steven Rose, Leon Rosselson, et 38 autres. »

Peace & Resistance

Lettre d’un Ă©vĂȘque Nord-amĂ©ricain au prĂ©sident Bush

Traduction de la lettre envoyĂ©e au PrĂ©sident des USA par Robert BOWAN Ă©vĂȘque de l’église catholique de Floride. Lieutenant Colonel et ex-combattant au VIETNAM.

Monsieur Le Président :

Racontez la vĂ©ritĂ© au peuple, Monsieur le PrĂ©sident, sur le terrorisme. Si les mythes Ă  propos du terrorisme ne sont pas dĂ©truits, alors la menace continuera jusqu’Ă  nous dĂ©truire complĂštement.
La vĂ©ritĂ© c’est qu’aucune de nos armes nuclĂ©aires ne peut nous protĂ©ger de cette menace. Ni mĂȘme le systĂšme de « guerre des Ă©toiles » quelque soit l’avancĂ© technique, la quantitĂ© des milliards utilisĂ©s pour qu’il nous protĂšge d’une autre arme nuclĂ©aire transportĂ©e en bateau, avion ou voiture de location . Aucune arme de notre arsenal, ni mĂȘme un centime des 270.000.000.000.000 ( des 270 mille milliards de dollars utilisĂ©s par an pour notre « systĂšme de dĂ©fense » ) ne peut Ă©viter un bombe terroriste, cela est une rĂ©alitĂ© militaire.
En tant que lieutenant-colonel Ă  la retraite et confĂ©rencier frĂ©quent sur les affaires de sĂ©curitĂ© nationale, je cite toujours le psaume 33 : « le roi n’est pas sauvĂ© par sa puissante armĂ©e ni le guerrier prĂ©servĂ© par sa grand force ». La question est Ă©vidente : Alors, Que pouvons- nous faire ?. Rien que nous ne pouvons faire ne garantit la sĂ©curitĂ© de notre peuple ?. La rĂ©ponse existe. Mais pour la comprendre, nous avons besoin de connaĂźtre la vĂ©ritĂ©.
Monsieur le prĂ©sident, vous n’avez pas dit au peuple amĂ©ricain la vĂ©ritĂ© du pourquoi nous sommes la cible du terrorisme, quand vous aviez expliquĂ© pourquoi nous allions bombarder l’Afghanistan et le Soudan. Vous aviez dit que nous Ă©tions la cible du terrorisme parce que nous dĂ©fendons : la dĂ©mocratie, la libertĂ© et les droits de l’homme dans le monde. Quelle absurditĂ© !, monsieur le prĂ©sident.
Nous sommes la cible des terroristes parce que dans la plus grande partie de la planĂšte, notre gouvernement a dĂ©fendu la dictature, l’esclavage et l’exploitation des hommes.
Nous sommes la cible des terroristes parce que nous sommes hais . Et nous sommes détestés parce que notre gouvernement a fait des choses exécrables. Dans combien de pays les agents de notre gouvernement ont destitué des leaders élus démocratiquement, et les ont remplacés par des dictateurs militaires, des marionnettes empressées de vendre leur peuple aux compagnies américaines.
Nous avons fait cela en IRAN lorsque les MARINES et la CIA ont destituĂ© le MOSSADEG parce qu’il avait l’intention de nationaliser le pĂ©trole. Ils l’ont remplacĂ© par le RHEZA PALHEVI, ensuite nous avons armĂ©, entraĂźnĂ© et payĂ© la SAVAG cette garde nationale haie, qui a rĂ©duit Ă  l’esclavage et tyrannisĂ© le peuple iranien, pour protĂ©ger les intĂ©rĂȘt financier de nĂŽtres compagnies de pĂ©trole. AprĂšs tout cela, il n’est pas difficile d’imaginer qu’en IRAN il y ait personnes qui nous haĂŻssent ?

Témoignages de soldats israëliens

15 March 2005

http://www.dorhashalom.org/newsletter/interview0305.htm

Il y a quelques mois le monde entier Ă©tait choquĂ© par les rĂ©vĂ©lations du Ha’aretz sur les profanations commises par certains soldats israĂ©liens sur des cadavres de Palestiniens. Le choc Ă©tait encore plus grand pour la communautĂ© juive, confiante depuis toujours dans la moralitĂ© de Tsahal et de ses soldats. Certainement, il ne pouvait s’agir que d’exceptions, d’actes isolĂ©s commis par des garçons dĂ©boussolĂ©s par le stress intolĂ©rable infligĂ© par une guerre cruelle et un ennemi sans pitiĂ©.

Dans l’ensemble, les soldats israĂ©liens s’efforcent d’effectuer leur travail de maniĂšre humaine et responsable, dans le cadre de l’armĂ©e “la plus morale du monde”, guidĂ©s seulement par les impĂ©ratifs de la sĂ©curitĂ© d’IsraĂ«l. Pourtant, cela fait dĂ©jĂ  plusieurs annĂ©es qu’un petit nombre de soldats tirent la sonnette d’alarme: il y a des choses qui se passent dans les Territoires et qui sont bien loin des images d’Epinal cultivĂ©es par beaucoup d’IsraĂ©liens et de Juifs dans le monde.

S’agit-il seulement d’actes isolĂ©s, sanctionnĂ©s par la hiĂ©rarchie dĂšs qu’ils sont connus ? Pour rĂ©pondre Ă  cette question, il suffit seulement de se rappeler de ce qu’il est arrivĂ© l’Ă©tĂ© dernier Ă  cette exposition de photos, “Breaking the Silence”, organisĂ©e Ă  Tel-Aviv par d’anciens soldats postĂ©s Ă  HĂ©bron afin de tĂ©moigner de leur expĂ©rience lĂ -bas. Au bout de quelques jours, l’exposition a Ă©tĂ© fermĂ©e par la police militaire et le matĂ©riel saisi, au motif qu’il s’agissait de piĂšces Ă  conviction dans l’enquĂȘte ouverte par l’armĂ©e sur les prĂ©sumĂ©es exactions commises sur des Palestiniens … par les exposants eux-mĂȘmes.

Ces soldats ont depuis crĂ©Ă© un site Internet (http://www.shovrimshtika.org) (principalement en HĂ©breu, mais quelques fichiers en anglais peuvent ĂȘtre tĂ©lĂ©chargĂ©s), oĂč l’on peut trouver divers tĂ©moignages sur la corruption morale inoculĂ©e aux soldats jour aprĂšs jour par l’occupation.

TĂ©moignage d’une femme israĂ©lienne Ă  Strasbourg

8 March 2005

TĂ©moignage d’une femme israĂ©lienne Ă  Strasbourg

Nurit PeledNurit Peled n’est pas seulement israĂ©lienne. C’est une opposante israĂ©lienne dont la fille de 14 ans est morte il y a plusieurs annĂ©es dans un attentat kamikaze. Nurit Peled a fondĂ© l’association des familles iraĂ©liennes et palestiniennes victimes de violences. Ses deux fils sont refuzniks. InvitĂ©e le 8 mars dernier Ă  s’exprimer devant le Parlement europĂ©en, Ă  l’occasion de la JournĂ©e des Femmes, voici ce qu’elle a dĂ©clarĂ©.

Nurit Peled-Elhanan à la Journée Internationale des Femmes,
Parlement européen Strasbourg, 8 mars 2005
“Merci de m’avoir invitĂ©e Ă  cette journĂ©e. C’est toujours un honneur et un plaisir d’ĂȘtre ici, parmi vous.
Cependant, je dois admettre que je crois que vous devriez avoir invitĂ© une femme palestinienne Ă  ma place, parce que les femmes qui souffrent le plus de la violence dans mon pays sont les femmes palestiniennes. Et je voudrais dĂ©dier mon discours Ă  Miriam R’aban et Ă  son mari Kamal, de Bet Lahiya dans la bande de Gaza, dont les cinq petits enfants ont Ă©tĂ© tuĂ©s par des soldats israĂ©liens alors qu’ils ramassaient des fraises dans le champ de fraises de la famille. Personne ne passera jamais en jugement pour ce meurtre.
Lorsque j’ai demandĂ© aux gens qui m’ont invitĂ©e ici pourquoi ils n’invitaient pas de femme palestinienne, leur rĂ©ponse a Ă©tĂ© que cela rendrait la discussion “trop localisĂ©e”.
Je ne sais pas ce qu’est la violence non localisĂ©e. Le racisme et la discrimination peuvent ĂȘtre des concepts thĂ©oriques et des phĂ©nomĂšnes universels, mais leur impact est toujours local, et bien rĂ©el. La douleur est locale, l’humiliation, les abus sexuels, la torture et la mort sont tous trĂšs locaux, de mĂȘme que les cicatrices.

Il est malheureusement vrai que la violence locale infligĂ©e aux femmes palestiniennes par le gouvernement d’IsraĂ«l et l’armĂ©e israĂ©lienne s’est Ă©tendue sur toute la planĂšte. En fait la violence d’Etat et la violence de l’armĂ©e, la violence individuelle et collective, sont le lot des femmes musulmanes aujourd’hui, pas seulement en Palestine mais partout oĂč le monde occidental Ă©clairĂ© pose son grand pied impĂ©rialiste. C’est une violence qui n’est presque jamais abordĂ©e et que la plupart des gens en Europe et aux Etats-Unis excusent du bout des lĂšvres.
C’est ainsi parce que le soi-disant monde libre a peur de l’utĂ©rus musulman.

La grande France de la libertĂ© l’Ă©galitĂ© et la fraternitĂ© [en Français dans le texte] est effrayĂ©e par des petites filles avec des foulards sur la tĂȘte, le Grand IsraĂ«l juif a peur de l’utĂ©rus musulman que ses ministres qualifient de menace dĂ©mographique. L’AmĂ©rique toute-puissante et la Grande-Bretagne contaminent leurs citoyens respectifs avec une crainte aveugle des Musulmans, qui sont dĂ©peints comme vils, primitifs et assoiffĂ©s de sang - en plus d’ĂȘtre non dĂ©mocratiques, chauvins/ machistes et des producteurs en masse de futurs terroristes. Cela en dĂ©pit du fait que les gens qui dĂ©truisent le monde aujourd’hui ne sont pas musulmans. L’un d’entre eux est un ChrĂ©tien dĂ©vot, l’un est Anglican et l’autre est un Juif non pieux.

Je n’ai jamais vĂ©cu la souffrance que les femmes palestiniennes subissent tous les jours, toutes les heures, je ne connais pas le genre de violence qui fait de la vie d’une femme un enfer constant. Cette torture physique et mentale quotidienne des femmes qui sont privĂ©es de leurs droits humains fondamentaux et de leurs besoins fondamentaux d’une vie privĂ©e et de dignitĂ©, des femmes dont on entre par effraction dans la maison Ă  toute heure du jour et de la nuit, Ă  qui on ordonne sous la menace d’une arme de se mettre nue en se dĂ©shabillant devant des Ă©trangers et devant leurs propres enfants, dont les
maisons sont dĂ©truites, qui sont privĂ©es de leurs moyens d’existence et de toute vie de famille normale. Ceci ne fait pas partie de mon Ă©preuve personnelle. Mais je suis une victime de la violence contre les femmes dans la mesure oĂč la violence contre les enfants est en fait une violence contre les femmes. Les femmes palestiniennes, irakiennes, afghanes sont mes sƓurs parce que nous sommes toutes prises dans l’Ă©treinte des mĂȘmes criminels sans scrupules qui se dĂ©signent comme les dirigeants du monde Ă©clairĂ© libre et qui, au nom de cette libertĂ© et de ces lumiĂšres, nous volent nos enfants. De plus, les mĂšres israĂ©liennes, amĂ©ricaines, italiennes et britanniques ont Ă©tĂ©, pour la plupart, violemment aveuglĂ©es et dĂ©cervelĂ©es Ă  un point tel qu’elles ne peuvent pas se rendre compte que leurs seules soeurs, leurs seules alliĂ©es dans le monde sont les mĂšres musulmanes palestiniennes, irakiennes ou afghanes dont les enfants sont tuĂ©s par nos enfants ou qui se font exploser en morceaux avec nos fils et nos filles. Elles sont toutes infectĂ©es par les mĂȘmes virus engendrĂ©s par les politiciens. Et les virus, bien qu’ils puissent avoir divers noms illustres comme DĂ©mocratie, Patriotisme, Dieu, Patrie, sont tous les mĂȘmes. Ils font tous partie d’idĂ©ologies fausses et truquĂ©es qui ont pour intention d’enrichir les riches et de donner du pouvoir aux puissants.

Nous sommes toutes les victimes de la violence mentale, psychologique et culturelle qui fait de nous un seul groupe homogĂšne de mĂšres endeuillĂ©es ou potentiellement endeuillĂ©es. Les mĂšres occidentales Ă  qui on apprend Ă  croire que leur utĂ©rus est un atout national tout comme on leur apprend Ă  croire que l’utĂ©rus musulman est une menace internationale.
On les Ă©duque pour qu’elles ne s’exclament pas : « Je lui ai donnĂ© naissance, je lui ai donnĂ© le sein, il est Ă  moi et je ne le laisserai pas ĂȘtre celui dont la vie vaut moins que le pĂ©trole, dont l’avenir a moins de valeur qu’un lopin de terre”.

Chacune d’entre nous est terrorisĂ©e par une Ă©ducation qui infecte l’esprit pour que nous croyions que tout ce que nous pouvons faire c’est soit prier pour que nos fils reviennent Ă  la maison ou ĂȘtre fiĂšres de leurs corps morts.

Et nous avons toutes Ă©tĂ© Ă©levĂ©es pour supporter tout ceci en silence, pour contenir notre crainte et notre frustration, pour prendre du prozac pour l’anxiĂ©tĂ©, mais jamais acclamer MĂšre Courage en public. Ne jamais ĂȘtre de vraies mĂšres juives ou italiennes ou irlandaises.

Je suis une victime de la violence d’Etat. Mes droits naturels et civils en tant que mĂšre ont Ă©tĂ© violĂ©s et sont violĂ©s parce que j’ai Ă  craindre le jour oĂč mon fils atteindra son 18Ăšme anniversaire et me sera enlevĂ© pour ĂȘtre l’instrument du jeu de criminels tels que Sharon, Bush, Blair et leur clan de gĂ©nĂ©raux assoiffĂ©s de sang, assoiffĂ©s de pĂ©trole, assoiffĂ©s de terre.

Vivant dans le monde dans lequel je vis, dans l’Etat dans lequel je vis, dans le rĂ©gime dans lequel je vis, je n’ose pas offrir aux femmes musulmanes quelque idĂ©e que ce soit sur la maniĂšre de changer leurs vies. Je ne veux pas qu’elles enlĂšvent leurs foulards ou Ă©duquent leurs enfants diffĂ©remment, et je ne les presserai pas de constituer des DĂ©mocraties Ă  l’image des dĂ©mocraties occidentales qui les mĂ©prisent elles et les gens de leur sorte. Je veux juste leur demander humblement d’ĂȘtre mes soeurs, exprimer mon admiration pour leur persĂ©vĂ©rance et leur courage de continuer, d’avoir des enfants et de maintenir une vie de famille pleine de dignitĂ© en dĂ©pit des conditions impossibles dans lesquelles mon monde les met. Je veux leur dire que nous sommes toutes liĂ©es par la mĂȘme douleur, nous sommes toutes les victimes des mĂȘmes sortes de violences mĂȘme si elles souffrent bien davantage, parce que ce sont elles qui sont maltraitĂ©es par mon gouvernement et son armĂ©e, avec l’aide de mes impĂŽts.

L’islam en soi, comme le judaĂŻsme en soi et le christianisme en soi, n’est pas une menace pour moi ou pour qui que ce soit. C’est l’impĂ©rialisme amĂ©ricain, c’est l’indiffĂ©rence et la coopĂ©ration europĂ©ennes, et le rĂ©gime israĂ©lien raciste et cruel d’occupation qui en sont une. C’est le racisme, la propagande dans l’Ă©ducation et la xĂ©nophobie inculquĂ©e qui convainquent les soldats israĂ©liens d’ordonner aux femmes palestiniennes, sous la menace des armes, de se dĂ©shabiller en face de leurs enfants pour des raisons de sĂ©curitĂ©, c’est le manque de respect le plus profond pour l’autre qui permet aux soldats amĂ©ricains de violer des femmes irakiennes, qui donne une licence aux geĂŽliers israĂ©liens pour garder des jeunes femmes dans des conditions inhumaines, sans les aides hygiĂ©niques nĂ©cessaires, sans Ă©lectricitĂ© en hiver, sans eau propre ou matelas propres et pour les sĂ©parer de leurs bĂ©bĂ©s et de leurs tout-petits nourris au sein. Pour leur barrer la route vers les hĂŽpitaux, pour bloquer leur chemin vers l’Ă©ducation, pour confisquer leurs terres, pour dĂ©raciner leurs arbres et les empĂȘcher de cultiver leurs champs.

Je ne peux pas complĂštement comprendre les femmes palestiniennes ou leur souffrance. Je ne sais pas comment j’aurais survĂ©cu Ă  une telle humiliation, Ă  un tel manque de respect de la part du monde entier. Tout ce que je sais est que la voix des mĂšres a Ă©tĂ© Ă©touffĂ©e pendant trop longtemps sur cette planĂšte dĂ©vastĂ©e par la guerre. Le cri des mĂšres n’est pas entendu parce que les mĂšres ne sont pas invitĂ©es aux forums internationaux comme celui-ci. Cela je le sais, et c’est trĂšs peu. Mais c’est assez pour que je me souvienne que ces femmes sont mes soeurs et qu’elles mĂ©ritent que je crie pour elles et me batte pour elles. Et quand elles perdent leurs enfants dans des champs de fraises ou sur des routes crasseuses prĂšs des check points, quand leurs enfants sont abattus sur le chemin de l’Ă©cole par des enfants israĂ©liens qui ont Ă©tĂ© Ă©levĂ©s pour croire que l’amour et la compassion s’exercent en dĂ©pendant de la race et de la religion, la seule chose que je puisse faire est de me tenir Ă  leurs cĂŽtĂ©s et Ă  ceux de leurs bĂ©bĂ©s trahis et de demander ce qu’Anna Akhmatova, une autre mĂšre qui a vĂ©cu dans un rĂ©gime de violence contre les femmes et les enfants, avait demandĂ© : Pourquoi ce filet de sang dĂ©chire-t-il le pĂ©tale de ta joue ?”

Nurit Peled-Elhanan à la Journée Internationale des Femmes, Parlement européen, Strasbourg, 8 mars 2005

Neturei Karta : le sujet palestinien

31 December 2003

Neturei Karta

ani Le Sujet Palestinien

Questions et RĂ©ponses
SĂ©rie B - Pamphlet No. 3

Q – Est-ce que Neturei Karta demande la souverainetĂ© palestinienne sur toute la Terre Sainte?

A – Oui, absolument! Mais nous devons expliquer pourquoi. Nous sommes des juifs orthodoxes anti-sionistes. et nous sommes opposĂ©s au sionisme pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’établissement d’un Etat en Palestine est une chose qui viole la Torah, la loi religieuse juive. Il contredit les dispositions s’agissant des punitions et de l’exile decrĂ©tĂ©s par Di-u dans Ă  l’époque du Temple. L’établissement de l’État sioniste contredit la volontĂ© de Di-u en cherchant un remĂšde materiĂ©l Ă  une condition spirituelle.

En plus, le mouvement sioniste depuis des dĂ©cennies se dĂ©voue Ă  extirper la foi traditionelle de la Torah. Tout cela se passe dans le contexte d’une mĂ©chancetĂ© morale trĂšs grave contre le peuple palestinien, une chose qui viole gravement la Torah!

Q – Que proposez-vous?

A – Nous demandons, sans Ă©quivoque, de pacifiquement dĂ©monter l’État sioniste. Sur la question de combien de juifs resteront dans le pays, cette decision dĂ©pend uniquement des chefs et du peuple palestiniens.

Q – Ne craignez-vous pas pour le sort des juifs qui resteraient dans le pays?

A – En veritĂ© nous craignons beaucoup plus pour le sort actuel des juifs dans les conditions sans espoir d’aujourd’hui. AprĂšs 54 ans, tellement de guerres, de violence sans cesse des deux cĂŽtĂ©s, la mort d’innocents des deux peuples, il n’y a pas aucune autre solution. Les deux pĂŽles politiques sionistes, la Droite et la Gauche, n’ont aucune possibilitĂ© de rectifier cette situation. Nous offrons l’alternative juive authentique Ă  l’expĂ©rience horrible et tragique du mouvement sioniste.

Q – Mais, les juifs ne mĂ©ritent pas une patrie?

A – Un juif trouve sa patrie dans le pays oĂč il habite, et auquel il est fidĂšle. Le concept de nationalisme n’a aucune base dans la loi juive. A la place, notre peuple a toujours maintenu qu’à la Fin des Jours, quand le CrĂ©ateur procĂ©dera Ă  la rĂ©demption de l’humanitĂ©, tous les peuples du monde Le serviront en paix, en joie et en harmonie. Dans un tell État, il n’y aura pas de subjugation ni de dĂ©possession des peuples. Nous nous trouverons dans un monde de fraternitĂ© et de spiritualitĂ© partout, y compris, certainement, dans le Pays Saint. D’ici lĂ , le peuple juif est obligĂ© de suivre sa tĂąche.

Q – Quelle est sa tñche?

A – De servir Di-u calmement, et de se porter comme modĂšles spirituels et moraux, et en gĂ©nĂ©ral, de suivre les commandements de D-eu, d’étudier la Torah, et rĂ©aliser des bonnes actions.

Q – Que pensez-vous du peuple palestinien?

A – Les palestiniens sont les victimes de la brutalitĂ© et de l’arrogance des sionistes, et ils sont victimes d’une type de narcissisme sioniste que ne voit rien ni personne sauf le but affolĂ© sioniste. Nous dĂ©clarons que le peuple palestinien a le droit Ă  sa patrie; ainsi que le droit Ă  la restitution monĂ©taire pour les dommages et les pertes infligĂ©s. Les rĂ©fugiĂ©s palestiniens ont le droit de retourner Ă  leur patrie, la Palestine historique, aussi tĂŽt que possible.

Q – Que faites-vous pour qu’ils atteignent ce but?

A – Nous publions souvent des dĂ©clarations qui appuient les demandes palestiniennes, et nous sentons leurs souffrances sous l’oppression sioniste qui existe depuis des dĂ©cennies. Nous participons avec les palestiniens aux manifestations et aux protestations contre les abus dont ils sont victimes. Nous avons une prĂ©sence sur l’internet pour diffuser les idĂ©es de JudaĂŻsme sans la contamination sioniste. En gĂ©nĂ©ral, nous essayons de maintenir une JudaĂŻsme publique, surtout parmi les juifs et les musulmans pour que la tradition vĂ©nĂ©rable de l’anti-sionisme vĂ©nĂ©rable ne soit oubliĂ©e.

Q – Que pensez-vous du procĂ©dĂ© de paix, Oslo, etc.?

A – Tout appui pour une remĂšde aux souffrances des palestiniens est valable parce que ça cela rencontre la conscience morale. Cependant, nous croyons que tous ces programmes, malgrĂ© les bonnes intentions, sont destinĂ©s Ă  Ă©chouer parce que le mouvement sioniste, quelle que soit la forme de son État, est destinĂ© Ă  echouer moralement et pratiquement dĂ» Ă  sa rebellion contre Di-u, la religion juive et la moralitĂ© humaine, comme nous l’avons expliquĂ©.

Q – Quelle doit ĂȘtre l’attitude juive face au monde islamique?

A – Tous les juifs sont obligĂ©s de se porter moralement et honnĂȘtement Ă  l’aide de l’ensemble de l’humanitĂ© au sein de notre tĂąche du“Royaume de PrĂȘtres et un Peuple Saint.” C’est le sionisme mĂȘme, en tant qu’idĂ©ologie nocive, qui a trompĂ©, autant de juifs Ă  Ă©xecuter des actions aggressives contre le peuple palestinien. Ainsi, tous les juifs sont obligĂ©s de rectifier la situation autant que possible en cherchant la paix, la rĂ©conciliation et le dialogue avec les palestiniens et les nations arabes et islamiques, mais uniquement sans les fantasies de l’hĂ©rĂ©sie sioniste. Ceci est un des plus grands dĂ©fis auquel fait face le peuple juif: l’établissement d’un rapport moral avec nos frĂšres islamiques et arabes.

Q – Croyez-vous que vos idĂ©es ont une possibilitĂ© d’ĂȘtre rĂ©alisĂ©es?

A – D’abord, le CrĂ©ateur dirige le monde, et chez Lui tout est possible! en plus, les juifs de partout sentent beaucoup de dĂ©sillusionement et d’épuisement par rapport Ă  l’État sioniste. Beaucoup arrive Ă  comprendre que les idĂ©es de sionisme plus en plus ne conduisent qu’à une impasse. On voudrait bien trouver une solution. La nĂŽtre est simple: l’ancienne tradition de notre Torah, une chose qui semble plus valable Ă  plus de gens, et qui dans le proche avenir, avec l’aide de Di-u, vaincra le sionisme. Nous espĂ©rons et prions pour la fin de la cause-racine de l’effusion de sang des arabes et juifs. Nous attendons avec impatience le jour oĂč l’on comprendra que la seule tĂąche pour obtenir la paix se trouve dans le service de Di-u dans la poursuite de la moralitĂ©, l’integritĂ© et del’honnĂȘtĂ©.

Neturei Karta International
Jews United Against Sionism
Juifs RĂ©unis Contre Le Sionisme

102A Saddle River Road
Monsey, New York 10952
Telephone: (845) 371-0490
Fax: (845) 371-4291
E-Mail: info@nkusa.org
www.nkusa.org